ACTUS LOCALESSANTÉSOCIAL

Après la crise sanitaire, et la crise économique, le Pays veut prévenir la crise sociale

©Isabelle Sachet, ministre de la Famille et des solidarités et Jean-Christophe Bouissou, ministre du Logement

Le Pays avait déjà sa cellule de crise sanitaire, puis son « PC Eco » pour les entreprises et travailleurs en difficulté, et se dote désormais d’un « PC social ». La crise et surtout le confinement font peser sur certaines familles, les plus démunies ou vivant dans la plus grande promiscuité, un risque de « rupture sociale » voire d’implosion. L’objectif est donc d’éviter que cette situation ne débouche sur des violences ou des pertes de logements pour certains en les conseillant, écoutant, voire en les relogeant.

Le PC social, situé au rez-de-chaussée du ministère de la Famille, des Solidarités et de l’Égalité est d’ores et déjà actif et joignable au 444 111. Il a été officiellement lancé ce matin, alors que les services sociaux constatent « des difficultés de vie sur le plan relationnel » à l’intérieur de nombreuses familles et entre les ménages « dans les cas de grande promiscuité et de cohabitation ». L’idée est donc de rassembler, au sein de la cellule une équipe à même d’écouter, d’orienter, et éventuellement de passer à l’action pour éviter que les situations ne s’enveniment ou que des personnes ne se retrouvent « à la rue », comme l’explique le ministre du logement Jean-Christophe Bouissou. Il précise notamment qu’un parc de logements et de studios est à disposition pour reloger des personnes « maltraitées » dans leur foyer.

Hébergement d’urgence, mise en contact avec les associations de terrain, les services communaux ou la cellule de crise économique… Pour actionner ces différents leviers, le PC social compte sur une « équipe pluridisciplinaire » d’une douzaine de personnes, où l’on retrouve des agents de la Direction de la famille, des solidarités et de l’égalité (DSFE), des représentants de l’OPH, de la CPS ou de la mission handicap. Les premiers appels ont surtout concerné les bons alimentaires, note la ministre Isabelle Sachet, qui a demandé à ce que les distributions « s’accélèrent ». 80 millions de francs auraient déjà été déboursées pour ces aides à l’alimentation ou à l’hygiène depuis le début de la crise. Les équipes des circonscriptions des affaires sociales ont en outre été renforcées. Car le PC social, s’il peut aider dans les démarches et accélérer certaines procédures dans des situations d’urgence, ne se substitue pas aux antennes communales, insiste Jean-Christophe Bouissou.

Le PC social est joignable au 444 111 ou par mail : [email protected]

Article précedent

"La Carte aux trésors" met le cap sur la Polynésie ce soir

Article suivant

60 milliards de Francs de prêts garantis par l’Etat pour les entreprises polynésiennes

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Après la crise sanitaire, et la crise économique, le Pays veut prévenir la crise sociale