ACTUS LOCALESECONOMIEPodcasts

Après Punaauia, Pirae et Faa’a, c’est au tour de Teva I Uta d’être passée au crible par la Cour des comptes…

Après Punaauia, Pirae et Faaa, c est au tour de Teva I Uta d être passée au crible par la Cour des comptes... © Cedric VALAX

La Chambre territoriale des comptes met en avant la situation financière très dégradée de la commune. Une situation due au profond déséquilibre budgétaire de la section de fonctionnement et à une présentation insincère des comptes qui a longtemps perduré.

Selon la CTC, les autorités municipales n’ont pas appliqué les mesures correctrices préconisées par la Chambre territoriale des comptes en 2005. Une fuite en avant qui, pour les auteurs du rapport, ne pouvait que conduire à l’impasse qui a nécessité la mise en œuvre, en 2010, des procédures de contrôle budgétaire initiées par le représentant de l’Etat.

La section de fonctionnement, lourdement déséquilibrée, a conduit à la mise en place d’un plan de redressement pluriannuel afin de réduire de manière drastique les dépenses de personnel. Des mesures incitatives de départ à la retraite ont été prises, mais elles ne devraient produire des effets qu’à moyen terme. Pour la CTC, en matière de ressources humaines, la commune doit se doter d’une véritable politique. Car à ce jour, elle ne dispose d’aucune gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

Le service public de l’eau est également épinglé, un service, je cite « nettement déficient et qui nécessite des investissements urgents ». Si les ressources en eau ont été estimées « suffisantes et de qualité ». Le réseau de commune, en très mauvais état, aurait un faible rendement qui provoque des arrêts du service. Il doit impérativement être rénové. Car pour l’heure, la qualité des eaux distribuées n’est pas conforme aux normes sanitaires. Il n’existe aucune installation pour assurer la potabilité de l’eau, et le recouvrement est défaillant. Pas au point non plus, les services d’assainissement, de collecte et de traitement des déchets.

Article précedent

Journal de 12:00 le 20/02/12

Article suivant

Négociation salariale : A Tia i Mua marque sa différence

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Après Punaauia, Pirae et Faa’a, c’est au tour de Teva I Uta d’être passée au crible par la Cour des comptes…