ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Décolonisation, essais nucléaires, indemnisation encore à l’ONU

@Tavini huiraatira

En début de semaine prochaine, plusieurs voix du fenua se feront entendre à l’ONU. Il sera encore question de décolonisation, d’indemnisation des victimes du nucléaire ou encore des ressources naturelles.   

Le Tavini huiraatira, l’Église protestante ma’ohi et Moruroa e tatou feront encore entendre leurs voix  à l’ONU en début de semaine prochaine et interviendront devant la 4ème commission, chargée des « questions politiques spéciales et de la décolonisation ». Le président de l’Église protestante ma’ohi François Pihaatae explique qu’il s’agira encore cette année de « leur donner une pétition relative à la décolonisation, l’indemnisation des victimes du nucléaire et la sauvegarde de nos ressources marines ». Il rappelle d’ailleurs qu’en juin dernier quelques membres de l’Église protestante ma’ohi, Richard Tuheiava ainsi que Philippe Neuffer, se sont rendus à New York dans le but de faire rétablir l’article 11 du rapport 2017 de la 4e Commission sur la Polynésie française qui invite l’État à « continuer de lui (NDLR le secrétaire général de l’ONU) faire part de tout fait nouveau survenu sur la question ». En effet cet article avait été retiré « en douce » l’an dernier, précise le président de l’Église protestante ma’ohi. Et, tout aussi discrètement, la délégation polynésienne est parvenue à ses fins.

Un autre atout, explique le vice-président du Tavini huiraatira Tony Géros, qu’auront les pétitionnaires du fenua cette année à l’ONU est la PCC, la Conférence des Églises du Pacifique (PCC). Il affirme que la « voix » des églises est « très entendue ».

François  Pihaatae rappelle que l’Église protestante Ma’ohi s’est toujours  positionnée contre les essais nucléaires au fenua, et que ce combat va continuer pour que « la dignité et la souveraineté de ce peuple soient respectées ».

Au niveau du Tavini huiraatira ils sont près d’une vingtaine à se rendre à l’ONU. Et pour la première fois, le président du Tavini Oscar Temaru ne s’y rendra pas, pour des raisons de santé. Richard Tuheiava y est depuis la semaine dernière pour préparer la venue de la délégation.

Le président du Pays Édouard Fritch devrait aussi s’y rendre ainsi que la sénatrice Lana Tetuanui.

 

Article précedent

JEU Backstreet Boys

Article suivant

« Les règlements de compte, ce n’est pas moi, ça » - Isabelle Sachet

1 Commentaire

  1. 5 octobre 2019 à 11h43 — Répondre

    Les présidents successifs de l’ Eglise Evangélique sont, ou ont été, tous impliqués dans ces affaires strictement politiques , Ihorai, Maarae, Pihaatae maintenant, en ont tous après la France, c’est très chrétien çà ! Et qui s’occupe de la détresse des centaines de SDF qui parsèment nos rues ? Voilà où se situe le travail des églises et non dans des récriminations purement politiciennes et orchestrées par un chef unique.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Décolonisation, essais nucléaires, indemnisation encore à l’ONU