ACTUS LOCALESINTERNATIONALPOLITIQUESANTÉSANTÉ

Deuxième vague de Covid-19 : la Nouvelle-Zélande dit avoir « de nouveau battu le virus »

Reconfinée depuis le mois d’août, la Nouvelle-Zélande a annoncé lundi la levée des restrictions ordonnées à Auckland, affirmant avoir vaincu pour la seconde fois la maladie infectieuse. Une annonce qui tombe à pic en vue des élections du 17 octobre.

« Les habitants d’Auckland et les Néo-Zélandais s’en sont tenus à un plan qui a désormais fonctionné deux fois. Et ils ont de nouveau battu le virus » a indiqué la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern à l’occasion d’une conférence de presse ce lundi. Cette dernière a annoncé lundi la levée des restrictions ordonnées à Auckland pour contrer la seconde vague épidémique. La Première ministre a précisé que tous les signes indiquaient que le cluster était sous contrôle.

Au mois de mai, la première vague de coronavirus avait été endiguée grâce à une politique de confinement stricte dans le pays. Signe de cette réussite, la Nouvelle-Zélande avait enregistré une remarquable série de 102 jours sans contamination locale. Malheureusement un nouveau foyer épidémique avait été découvert en août à Auckland, la plus grande ville du pays. Conséquence : les autorités avait ordonné pour le million et demi d’habitants d’Auckland un nouveau confinement d’une durée de trois semaines.

Plus aucun cas depuis 12 jours

La situation est réputée « sous contrôle » et le pays sera exempt de toute restriction nationale contre le coronavirus. La femme politique a noté qu’il n’y avait eu qu’un seul cas de Covid-19 au cours des deux dernières semaines à Auckland et que seules cinq personnes du cluster ne se sont pas encore rétablies. « Une résurgence du virus n’est pas notre seule inquiétude, la résurgence de la complaisance est là aussi », a ajouté la femme politique néozélandaise.

Jacinda Ardern a également précisé qu’à compter de mercredi soir, la ville d’Auckland serait ramené au niveau 1 de l’alerte sanitaire, qui est celui en vigueur pour le reste du pays. Autrement dit, il n’y aura plus aucune restriction en matière de rassemblement public.

Une bonne nouvelle pour le parti travailliste

Cette victoire contre la pandémie tombe à pic pour la dirigeante âgée de 40 ans, puisque que les électeurs sont appelés à renouveler le Parlement le 17 octobre. Elle est donnée largement favorite pour rester à la tête du pays. La cheffe du gouvernement avait lancé sa campagne avec la promesse de faire de Matariki, le Nouvel an maori, un jour férié à compter de 2022. «J’ai entendu les appels dans toute la Nouvelle-Zélande à faire de Matariki un jour férié», a-t-elle dit. «Il est temps de le faire.»

La prudence de vigueur 

Plusieurs épidémiologistes du pays considèrent que ce retour au niveau 1 est une occasion ratée d’imposer le port de masques dans les transports en commun. D’autant plus qu’il avait été difficile d’en faire une habitude pour de nombreux Néo-Zélandais.

Interrogés par nos confrères de Radio New Zealand, beaucoup d’habitants d’Auckland préfèrent rester toutefois prudents. « On ne doit pas perdre notre discipline sinon la transmission reviendra » confie un habitant. Une autre habitant explique que « les gens agissaient déjà comme si c’était le niveau 1 d’alerte. »

 

 


Article précedent

Culture : quand les intellos deviennent des "rageux" - Edito 05/10/2020

Article suivant

Teva Rohfritsch rejoint La République en marche au Sénat

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Deuxième vague de Covid-19 : la Nouvelle-Zélande dit avoir « de nouveau battu le virus »