ACTUS LOCALESTOURISME

Ecoparc présente son projet Fare Fenua à 14 milliards

Jean-Claude Teriierooiterai © Cédric Valax

Jean-Claude Teriierooiterai © Cédric Valax

Des hôtels, un golf, de la thalassothérapie, un parcours de luge d’été, des télécabines, un centre universitaire international, un village culturel et des parcours découvertes… Les principaux actionnaires du projet Ecoparc Fare Fenua ont présenté jeudi leur « vision » du développement touristique à Tahiti, au cœur de l’île dans la vallée de la Papenoo. Un projet de 14 milliards de Fcfp sensé créer 400 emplois directs et dont l’ouverture est annoncée pour avril 2018.

Autour de la table, les trois principaux actionnaires d’Ecoparc : Dominique Auroy, Alban Ellacott et Jean-Claude Teriierooiterai. Egalement présents le ministre du tourisme, Jean-Christophe Bouissou, le tavana de la commune de Hitiaa o te ra, Dauphin Domingo, le maire délégué de Papenoo, Vetea Avamai et les membres de l’association Haururu Papenoo. Et bien entendu la presse, invitée pour relayer la présentation de ce qui se veut être le futur du développement du tourisme à Tahiti. Un projet de tourisme vert, voir « de montagne », explique Dominique Auroy. L’homme d’affaires veut, avec ses partenaires, attirer au centre de l’île des touristes à la recherche d’authenticité mais sans se couper des résidents.

Un projet qui enthousiasme le ministre du Tourisme, d’autant qu’il devrait, selon ses promoteurs, permettre la création de 400 emplois directs. Un projet auquel le Pays est d’ailleurs largement associé puisqu’il devra mettre la main à la poche. Aménagements routiers, musée, réhabilitation du village de Fare hape et autres sites archéologiques, jardin agricole et botanique, sentier découvert, centre universitaire international, aménagement de classe verte et salle de séminaire… La facture est estimée à 3,65 milliards de Fcfp. Un projet ambitieux qui entre dans le « schéma stratégique de développement du tourisme ».

Reste que l’Ecoparc Fare Fenua n’est pour le moment qu’une vision sans investisseurs capables de mettre immédiatement plus de 10 milliards sur la table. Une vision appelée à évoluer en fonction de sa possibilité d’implantation dans le plan d’aménagement de détail (PAD) de la commune. Un plan qui défini, en fonction de leur destination, les zones pouvant être aménagées, ou non. Quoiqu’il en soit, les promoteurs d’Ecoparc veulent préserver, autant que faire se peut, le site en intégrant au mieux les infrastructures. Alors pour mener à bien cette mission, c’est Jean-Claude Teriierooiterai qui veille. Même si cet ardent défenseur de la vallée de la Papenoo et de la culture polynésienne avoue que « dès qu’une route est creusé, la nature est abîmée ». Un paradoxe qu’il assume en tant « qu’investisseur ».

Prochaine étape de cette vision pour qu’elle devienne concrètement un projet, la création le mois prochain d’un comité de pilotage réunissant la commune, le Pays, l’Etat et les associations. Selon le planning communiqué, volontairement optimiste, la mise en place des financements privés sera réalisée au 1er trimestre 2016 pour un début des travaux en juillet prochain et une ouverture programmée en avril 2018. « Tout projet commence par une vision », a conclu Jean-Christophe Bouissou.

La présentation du projet EcoParc Fare Fenua

Eco-parc Fare Fenua by Radio 1 Tahiti

Article précedent

Baisse de l'électricité : La CSPE bientôt au fenua ?

Article suivant

Fritch : « On prend ses responsabilités et on paie »

6 Commentaires

  1. Iritahua
    28 août 2015 à 6h41 — Répondre

    Encore et encore les même meneurs.
    Il y a une personne parmi ces associés qui avait monté le TAMARAA NUI a Tipaerui, on s’en met pleine la poche et on ferme la boite (non rentabilité)
    Une autre personne, sur le montage d’une société d’électricité à MAKEMO, ou on en est sur cette société, les éoliennes sont entrain de pourrir dans la brousse.
    Après un certain d’accalmie, les re voila qui refont surface.
    Toujours les même, toujours avec la garantie du Territoire et quelques nouvelles têtes pour bien vaseliner. C’est vraiment flippant en voyant ces têtes de champion de la M…….

  2. melpac
    28 août 2015 à 12h34 — Répondre

    Pourquoi ne pas d’abord revoir ce qu’on a déjà ? Le jardin botanique laissé à l’abandon ! Les musées, les plages publiques.. Même le centre ville de Papeete est à revoir !! il y a des odeurs fétides, d’urines, de poubelles partout autour du marché ! Les trottoirs sont impraticables pour des âgés et handicapés ! Concentrez vos milliards en restaurant les lieux existants avant d’en créer ! Aidez les entreprises en difficulté ! Les touristes viendront si on nettoie et ordonne notre fenua ! Là c’est le chao !

  3. Doudoute Yves
    29 août 2015 à 6h09 — Répondre

    Gros mensonge! L’association Haururu n’était pas présente,. Les associations de la vallée, dont Haururu et les chasseurs ont décidé, d’un commun accord de ne pas participer à cette mascarade pour ne pas être placées devant le fait accompli. A ce jour, aucune association et notamment le comité de gestion de la vallée (que semble vouloir ignorer les protagonistes) n’a été consulté.

  4. microstring
    29 août 2015 à 16h15 — Répondre

    Faire et défaire avec l’argent public, n’est ce pas là une rengaine maintes fois rabâchée ? Ceci dit, le concept est intéressant…

  5. Fenua
    21 septembre 2015 à 9h15 — Répondre

    Mais pourquoi le territoire insiste a accepté tous les projets de Auroy ??? Il ne réussit JAMAIS RIEN celui là, juste à fermer tout ce qu’il entreprend !!

  6. Tokiri
    13 septembre 2017 à 9h09 — Répondre

    C’est fou comment c’est facile de toujours critiquer ce que les investisseurs font pour développer notre Fenua… Mr Auroy est un entrepreneur qui a pleins d’idées et qui fait vivre des centaines et des centaines de famille polynésienne. Alors arrêtez de vos conneries, ce projet pourrait relancer le tourisme, l’éco tourisme et faire manger les ta’ata Tahiti tout en respectant notre nunaaa

Laisser un commentaire

PARTAGER

Ecoparc présente son projet Fare Fenua à 14 milliards