ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Edouard Fritch fait de la diplomatie à New York

Le président Edouard Fritch s’est rendu lundi au siège des Nations-Unies pour une série de rencontres avec les représentations diplomatiques et institutionnelles de l’ONU.

C’est ainsi que le président a pu échanger avec Max Hufanen Rai, ambassadeur de Papouasie-Nouvelle-Guinée. A cette occasion, Edouard Fritch a pu remercier le soutien actif de ce pays pour l’intégration de la Polynésie française en tant que membre à part entière du Forum des îles du Pacifique. L’ambassadeur, bien informé de la situation institutionnelle de la Polynésie française, a affirmé son total soutien à notre pays. Il s’est par ailleurs montré très favorable aux possibilités de développement des relations économiques entre la Polynésie française et les pays océaniens pour ce qui concerne les problématiques communes, notamment en termes de transport.

Fritch défend la « réalité institutionnelle de la Polynésie »

Le président a également répondu à l’invitation de Peter Thomson, président de l’Assemblée générale de l’ONU. Edouard Fritch a ainsi pu expliquer quelle était la réalité institutionnelle de la Polynésie française au sein de la République française. Une explication qui contraste avec celle qui a été présentée devant l’organisation internationale depuis 2013.Peter Thomson a parfaitement appréhendé les explications du président Edouard Fritch et l’a invité à expliquer devant le comité des 24 la situation réelle de la Polynésie française.

La Nouvelle-Zélande intéressée sur la question du nucléaire

Le président a également rencontré l’ambassadeur Phillip Taula, représentant la Nouvelle-Zélande. L’ambassadeur s’est particulièrement intéressé à la position de la France vis-à-vis des conséquences des essais nucléaires. Le président Edouard Fritch l’a rassuré sur les conditions du dialogue constructif engagé avec la France qui a reconnu les conséquences sanitaires, environnementales et économiques des expérimentions. Dans la journée, le président a également rencontré madame Josiane Ambiehl, chef de l’unité décolonisation de l’ONU, afin d’échanger sur l’audience de ce mardi devant l’assemblée générale. Le président a également rencontré les représentants de la mission diplomatique française.

© Cédric Valax
Article précedent

193 "porte-parole" de ses pétitionnaires à l’ONU

Illustration © Cédric Valax
Article suivant

Le pollueur de Haapiti condamné à payer 4,5 milliards

1 Commentaire

  1. MATA
    4 octobre 2016 à 11h28 — Répondre

    Il faut arrêter le faux débat du nucléaire. Il y a eu des victimes physiquement parlant qui doivent être indemnisés, c’est une certitude. Mais de là profiter de cette situation pour la politiser il faut être le dernier des C…., n’est ce pas le vieil indépendantiste? Et entre nous, nous savons que les grandes puissances sont à l’origine des malheurs dans les Pays pauvres ou encore en voie de développement. Qu’est ce qu’ils ont en à foutre d’un petit point dans le Pacifique…à moins qu’il y ait une stratégie politique internationale derrière tout ça. Toute façon nous n’avons pas le choix sur les négociations soit on continue avec l’aide de la France ou soit on reste tout seul dans notre PITO en proie aux grandes puissances. Donc si l’idée du vieux de Faaa c’est nous prostituer au plus offrant alors qu’il ferme sa grande bouche et qu’il arrête d’aller prétendre parler au nom d’un peuple car tu me fais vomir OSCAR. Petit mot à son bras droit, de nom déjà tu n’es pas Polynésien et pour y ressembler il te faut porter une jupette, des tatouages et une chemise à fleurs fabriquée en thailande. Arrête ton manège tu n’as aucun honneur à semer la zizanie au sein d’un peuple déjà affaibli.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Edouard Fritch fait de la diplomatie à New York