ACTUS LOCALESENVIRONNEMENT

193 « porte-parole » de ses pétitionnaires à l’ONU

Actuellement à New York pour s’exprimer mardi devant la Quatrième commission des Nations Unies, l’association 193 explique qu’elle se fera le « porte-parole » des 50 000 signataires de sa pétition demandant réparation à la France pour le préjudice résultant des essais nucléaires.

« Bien sûr qu’il y a une victime et un agresseur dans cette histoire et qu’il doit y avoir une justice dans la réparation ». La position de l’association 193 est claire. Ses membres, qui prendront la parole mardi devant la 4ème commission de l’ONU, comptent bien se faire entendre. Dans un communiqué diffusé lundi le président de l’association 193, père Auguste Uebe-Carlson, rappelle que « tôt ou tard, les Polynésiens devront tous être unis car il s’agit de défendre notre Histoire face aux souffrances de ces habitants ». L’association compte donc sur cette rencontre internationale pour rappeler la France à ses devoir. « L’Etat français doit assumer totalement ses responsabilités (…) il est temps de demander pardon à ce peuple », précise le communiqué, qui poursuit en reprenant les revendications de son association : Le retrait du « risque négligeable » de la loi Morin, la réhabilitation de Pouvanaa a Oopa et le référendum porté par l’association 193. « Les Essais ont été pensés à travers un referendum manipulé, celui de 1958 (…) il est temps de permettre aux oubliés de ce drame, soit tous les Polynésiens, de dire 50 ans après le 1er essai du 2 juillet 1966, ce qu’ils en pensent réellement en organisant un referendum local sur le fait nucléaire ». Et le père Auguste, président de l’association 193, de rappeler que sa pétition a recueilli plus de 50 000 signatures et de poser la question : « quel gouvernement d’un Pays serait assez sourd pour ne pas entendre un tel appel ? ». Pour conclure l’Association 193 explique que ce référendum local : « sera un formidable levier pour faire avancer les choses en vue du bien de tous ».

© CFPA
Article précedent

Le premier diplôme de niveau BTS s'ouvre au CFPA

Le président Edouard Fritch s’est entretenu avec Peter Thomson, président de l’Assemblée générale de l’ONU.
Article suivant

Edouard Fritch fait de la diplomatie à New York

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

193 « porte-parole » de ses pétitionnaires à l’ONU