ACTUS LOCALESECONOMIESANTÉ

Gaston Flosse sur la « guerre » contre le covid-19 : « Deux généraux qui n’ont pas d’armée, pas de munitions, qui n’ont même pas d’armes ! »

CP/Archives Radio1

Depuis le début de la crise du covid-19, Gaston Flosse a écrit pas moins de 10 lettres ouvertes à Édouard Fritch, Gaston Tong Sang et Dominique Sorain. Il leur reproche un manque de leadership et de n’avoir pas su prévoir les besoins en matériel médical. Sa stratégie à lui : confinement rigoureux, masques obligatoires, et tests sérologiques. Il se déclare aussi favorable au retour des Polynésiens bloqués à l’extérieur du pays.

Le président du Tahoeraa interroge depuis trois semaines le Pays et l’État sur la stratégie sanitaire mise en œuvre, à grands renforts de lettres ouvertes restées pour l’essentiel sans réponse, dit-il.

Mais Gaston Flosse fustige l’imprévoyance des autorités en matière de commandes de matériel médical.

Il s’inquiète également de l’état des hôpitaux périphériques, qui ne sont pas à même d’accueillir des malades s’il s’en présentait. Et il critique l’organisation mise en place entre le Pays et l’État. Pour lui, une fois le dispositif Orsec déclenché, « le patron, dit-il, c’est le haut-commissaire. » Pourtant, il ne semble pas tenir ce dernier en haute estime, pas plus que le président du Pays.

Et dans son dernier courrier à Édouard Fritch, daté du 14 mars, Gaston Flosse  martèle « Nous sommes en guerre, s’il y a deux chefs, nous perdons la guerre. » Gaston Flosse est également très critique du rôle de l’État, et déplore par exemple que « nous n’avons reçu aucun renfort de Paris, en Île-de-France ils sont je crois 160 000 policiers et gendarmes mobilisés. L’outre-mer, on s’en fout éperdument, hein. »

Et il propose de faire revenir les gendarmes et policiers polynésiens en poste en France : « Ceux qui désirent rentrer, qu’ils viennent renforcer la gendarmerie et la police nationale ici ! Non, on va nous envoyer des soldats pour faire la désinfection. Mais il y a suffisamment de personnes ici capables de faire ça ! Ce dont nous avons besoin, c’est des experts du covid-19, des médecins supplémentaires pour aller tester les gens dans les îles ! »

Pour Gaston Flosse, il n’est pas question de remettre en cause le confinement, mais il plaide pour l’utilisation massive du test sérologique, et pour le port obligatoire du masque dans les espaces publics. Dans ces conditions, dit-il, on pourrait commencer à « déconfiner ».

En revanche il n’est pas favorable au déconfinement dans les îles : « On ne sait jamais, c’est une population qui circule beaucoup, ils peuvent sauter dans leur bateau, aller dans une île ou dans une autre, aller voir les fetii… le mieux c’est de garder le confinement, il faut que ça s’applique à tout le monde. »

Gaston Flosse se déclare également favorable au retour des Polynésiens bloqués en métropole :

Sur la stratégie économique, Gaston Flosse fait la même critique que le représentant Tavini Moetai Brotherson, au sujet des arrêtés d’application attendus après le vote des mesures économiques à la fin du mois dernier. Et il s’inquiète également des mesures en faveur des plus démunis, qui selon lui tardent à être mises en place.

 

 

Article précedent

Une scène de ménage peu ordinaire

Article suivant

La continuité pédagogique, version 2.0

4 Commentaires

  1. Louis Bresson
    15 avril 2020 à 23h29 — Répondre

    Tiens, c’est la dernière de Gaston Flosse, il est épidémiologiste! Autrement dit encore plus fort et plus médecin que notre ministre de la santé… qui s’en sort pourtant pas trop mal. Et en plus il reprend la ridicule rengaine guerrière de M. Macron. En prime, il se met à dos tous les maires des îles éloignées en refusant un assouplissement du confinement dans ces archipels où l’on n’a constaté aucun cas de Covid-19 depuis plusieurs semaines… alors qu’il est d’accord pour déconfiner à Tahiti, allez comprendre!

  2. 16 avril 2020 à 5h48 — Répondre

    Il y a pourtant des gendarmes mobiles affectés pour 4 mois sur le territoire, pour le reste il y aura toujours des manques quelque part, c’est inévitable. La métropole a déjà un mal fou a fournir des masques, du gel, des tests, des protections pour les soignants, alors ne nous plaignons pas plus que ça, nous n’avons (Dieu merci pourvu que ça dure) pour l’instant pas de cas grave, maintenons le confinement avec des aménagements de manière à ne pas créer une tension difficilement contrôlable, je pense aux gens qui vivent entassés dans des logements exiguës, c’est très dur malgré la bonne volonté de tous.

  3. Puna MD
    17 avril 2020 à 15h16 — Répondre

    Je crois que monsieur Flosse voulait nous donner une leçon de conduite et de moralité, lui seul était capable de diriger le pays.

    • Martial villierme
      12 mai 2020 à 19h11 — Répondre

      Question moralité il n’est pas le mieux placé pour en parler lui qui traîne tant de casseroles

Laisser un commentaire

PARTAGER

Gaston Flosse sur la « guerre » contre le covid-19 : « Deux généraux qui n’ont pas d’armée, pas de munitions, qui n’ont même pas d’armes ! »