ACTUS LOCALESEDUCATION

Grève des enseignants lors des épreuves du Bac

Les épreuves du baccalauréat sous tension. Le Snetaa-FO annonce que le 17 juin prochain, premier jour des examens, il sera en grève. Le syndicat estime que « c’est le seul moyen de pression qu’on a aujourd’hui sur notre administration centrale » pour qu’il retire le projet de loi Blanquer. Du côté du ministère de l’Éducation, on assure que les épreuves du baccalauréat auront bien lieu « quoiqu’il arrive ». 

Le gouvernement central « ne laisse pas d’autre choix que le rapport de force pour le faire reculer »

Comme chaque année, le mois de juin est synonyme de session d’examen. Et le fenua n’y échappe pas. Tous les élèves de terminale sont convoqués le 17 juin au matin pour passer le baccalauréat. Mais au niveau national, la  Fédération nationale de l’enseignement, culture, formation professionnelle-Fo (Fnec FP-FO) appelle à la grève pendant tout le mois de juin. Le syndicat national dénonce la loi Blanquer et estime que « face à un gouvernement qui refuse d’entendre les revendications, qui n’hésite pas à réprimer les manifestants et les syndicalistes avec une violence inouïe, il faut créer un réel rapport de force (…) la grève pour gagner. La grève jusqu’au retrait ». Il considère que le gouvernement central « ne laisse pas d’autre choix que le rapport de force pour le faire reculer ». La Fnec FP-FO appelle d’ailleurs tout le monde à « mettre en œuvre » tous les moyens pour gagner. La Fnec FP-FO  précise d’ailleurs qu’elle soutiendra toutes les actions menant à la grève.

« C’est le seul moyen de pression qu’on a aujourd’hui sur notre administration centrale »

Localement, le bureau du Sneetaa-Fo a décidé lui de faire grève le jour de l’ouverture des examens. Le secrétaire territorial du Sneeta-Fo, Maheanuu Routhier, explique que « notre fédération nous a laissé le choix de prendre les décisions sur tout le mois de juin ». Le syndicat estime que « c’est le seul moyen de pression qu’on a aujourd’hui sur notre administration centrale ». Il explique que ceux qui seront en grève ne seront donc pas de surveillance pour les examens. Il affirme ensuite que « c’est à l’administration de trouver des solutions pour que les élèves aient des surveillants pour que les épreuves se passent dans de bonnes conditions ». Maheanuu Routhier affirme aussi que des discussions ont eu lieu avec d’autres syndicats, et certains ont proposé de faire grève pendant toute la durée des épreuves du baccalauréat. Une proposition qui a été oubliée puisqu’elle n’a pas fait l’unanimité.

Du côté du ministère de l’Éducation on assure que « tout devrait bien se passer », que les épreuves du baccalauréat auront bien lieu « quoiqu’il arrive » et que des dispositions ont été prises.

Article précedent

Intoxications alimentaires à Huahine : la salmonellose confirmée dans un élevage de Taravao

Article suivant

Cinematamua est de retour !

5 Commentaires

  1. COROSOL
    13 juin 2019 à 18h12 — Répondre

    Toujours les mêmes syndicalistes professionnels qui pensent plus à leur pomme qu’aux élèves. Alors, avec ce que vous gagnez et quand on voit le comportement de certains à leur boulot, vous devriez avoir honte de vous mettre en grève. Commencez par être exemplaires, tous autant que vous êtes, résidents, CIMM, polynésiens, popa’a, après vous pourrez revendiquer, mais de façon constructive. Une grève d’une journée n’a jamais été utile mais ça fait bien sur le cv d’un syndicaliste.

    • bigdew
      14 juin 2019 à 9h20 — Répondre

      Exactement. Encore un épisode de quand les nantis gesticulent. Par nantis je dis prof de collège et lycée. Pas les instits qui travaillent comme des dingues. Si les profs et préoleur syndicats se pré occupaient vraiment des enfants, ils accepteraient de suivre un calendrier scolaire comme à Nouméa. C’est ridicule de tout vouloir calquer comme en métropole. Ridicule de maintenir les cours durant la période chaude.

  2. Roussel
    13 juin 2019 à 20h45 — Répondre

    Aucun rapport… Informe-toi sur le réforme du Bac avant de cracher ton venin.
    D’autre part, le pourcentage de profs grévistes est très bas à Tahiti justement parce que la paie y est bonne. Laisse la liberté d’expression et le droit de grève à tout un chacun. Tu verras que le Bac ne sera pas perturbé à Tahiti !

  3. PAT
    14 juin 2019 à 7h50 — Répondre

    quand les sages femmes ou autres veulent plus d’indemnités ils prennent les femmes enceintes des iles en otages quand air tahiti veut des sous c’est les usagers qu’on prives d’avion et pour les profs c’est au moment du bac qu’on prends les étudiants en otages
    le droit de grève oui mais il faut trouver d’autres argument que de s’en prendre aux personnes

  4. Marita Argerich
    15 juin 2019 à 9h01 — Répondre

    Attention! Le Bac aura bien lieu. Ce ne sont pas tous les enseignants qui feront la grève. Il ne faut pas donner de fausses informations aux élèves, qui risquent de rater les épreuves (la rumeur dit que les lycées seront fermés).

Laisser un commentaire

PARTAGER

Grève des enseignants lors des épreuves du Bac