ACTUS LOCALESECONOMIE

Jusqu’à 500 000 Fcfp de prime pour une voiture propre

© Cédric Valax

© Cédric Valax

Le syndicat professionnel des concessionnaires de l’automobile (SPCA) et le Pays ont présenté lundi matin l’opération « voiture propre » lancée le jour même en Polynésie française. Une prime écologique plus qu’une prime à la casse puisque le degré de pollution du véhicule neuf acheté entre en compte dans le calcul de l’aide attribuée en échange d’un ancien véhicule âgé de plus de sept ans. Une mesure d’urgence pour aider le secteur automobile en attendant une baisse de la fiscalité qui pèse très lourdement sur le prix des véhicules vendus sur le territoire.

La dernière fois que le Pays est venu en aide au secteur automobile c’était en 2009 avec l’instauration d’une prime à la casse. En échange d’un véhicule « ancien » voué à la destruction, les concessionnaires de la place, aidés par le Pays, accordaient une remise substantielle sur le prix d’une voiture neuve. Le système présenté lundi par le SPCA et le Pays est très similaire puisqu’il consiste toujours à obtenir une aide maximale de 500 000 Fcfp sur l’achat d’un véhicule neuf en échange d’une voiture immatriculée avec juillet 2009. Différence notable, l’opération « voiture propre » prend en compte de nouveaux critères pour l’attribution de l’aide. Ainsi, si le véhicule acheté est une voiture électrique, la prime sera de 500 000 Fcfp supportés à part égale par le concessionnaire et le Pays. Une prime qui passe à 450 000 Fcfp pour les voiture hybrides, 350 000 Fcfp pour les véhicule thermique émettant jusqu’à 165gr de CO² /km et enfin 300 000 Fcfp pour ceux émettant de 166gr de CO² /km jusqu’à 210 gr CO² /km. Le prix maximal du véhicule neuf est également encadré puisqu’il ne pourra pas dépasser 4 millions Fcfp TTC, hors coût du fret pour son expédition dans les îles autres que les îles du Vent. Des critères qui cantonneront donc les clients à l’achat principalement d’une voiture citadine ou d’une petite berline. Ce qui représente déjà la majorité des ventes du secteur automobile à Tahiti. Si cette « prime écologique » permettra de mettre en circulation des véhicules plus propres, elle a surtout vocation à soutenir ce secteur d’activité en crise depuis 2008. Les professionnels comptent ainsi sur la vente d’au moins 600 nouveaux véhicules d’ici la fin de l’année 2016, comme le précise Jacques Solari, président du SPCA.

© Cédric Valax

Les voitures de plus de 7 ans laissées aux concessionnaires seront récupérées par le Pays qui les remettra à un prestataire en vue de leur destruction après dépollution. Elles seront donc sorties de la circulation en Polynésie. Une notion qui a toute son importance puisque certaines d’entres elles pourraient échapper à la casse même si elles ne pourront plus rouler au fenua. Le texte est volontairement assez ouvert pour envisager « d’autres pistes » comme le précise le directeur de la DGAE William Vanizette.

© Cédric Valax

Reste que cette opération « voiture propre » n’est que très ponctuelle puisqu’elle prendra fin le 31 décembre 2016, voir même avant si l’enveloppe de 400 millions de Fcfp, financée à part égale par le Pays et les concessionnaires, est épuisée avant cette date. Pour aller plus loin le Pays devra revoir la très lourde fiscalité qui pèse sur le secteur automobile puisque qu’elle représente entre 50 à 60% du prix d’un véhicule neuf acheté en Polynésie ! Le gouvernement y travaille, assure William Vanizette.

© Cédric Valax
© Cédric Valax

© Cédric Valax

Article précedent

Après le covoiturage, le cobaturage

Article suivant

Emissaire de Haapiti : Speed et Boyer devront payer plus de 140 millions au Pays

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Jusqu’à 500 000 Fcfp de prime pour une voiture propre