ACTUS LOCALESECONOMIE

Le gouvernement à la rencontre des entreprises de Fare Ute

©CP/Radio1

Édouard Fritch et plusieurs de ses ministres étaient ce matin à Fare Ute, pour rendre visite à huit entreprises importatrices, et comprendre leurs problématiques dans un contexte de relance poussive : pénurie de matières premières, hausse des coûts du fret et taxation sont les préoccupations communes à tous les professionnels. Yvonnick Raffin a annoncé des adaptations de la réglementation douanière dans un délai rapide, et René Temeharo a rappelé que le Port autonome va investir plus de 20 milliards sur 5 ans.

Alors que la spirale inflationniste se renforce un peu plus chaque jour, le gouvernement veut inciter les acteurs économiques à jouer un rôle plus vertueux dans la chaîne d’approvisionnement.  Édouard Fritch, le vice-président Jean-Christophe Bouissou, le ministre de l’Économie Yvonnick Raffin, la ministre du Travail Virginie Bruant, le ministre des Grands travaux René Temeharo et même le ministre de la Jeunesse Naea Bennett étaient ce jeudi matin à Fare Ute pour aller à la rencontre de plusieurs entreprises importatrices : Technimarine, Coutimex, Oceania, Wing Chong, Ace, Tesa, Yamaha et Gaz de Tahiti. Ces visites s’inscrivent dans la continuité des précédentes rencontres auprès des entreprises situées dans la vallée de Tipaerui, et des commerçants du centre-ville de Papeete. Pour le président, l’objectif de ces tournées est à présent d’échanger avec les dirigeants des entreprises, afin d’évaluer l’impact des mesures prises afin d’améliorer l’accompagnement des entreprises.

©CP/Radio1

Des entreprises qui font face à des difficultés d’approvisionnement, car la crise mondiale affecte la production et le transport international. Chez Technimarine, c’est la flambée des prix de l’aluminium qui inquiète. Il a aussi été question des filières professionnelles qualifiantes, comme les soudeurs, et de remblais permettant l’extension de l’activité. Chez Wing Chong, c’est aussi la hausse des prix et du fret, ainsi que les prix des PPN et PGC qui étaient au centre des préoccupations. Chez Ace, Tesa et Yamaha, outre ces sujets communs à tous, on a également évoqué la taxation, le commerce par Internet et les besoins d’extension.

©Presidence

« Il s’agit surtout de les entendre de manière à pouvoir adapter nos textes », dit Yvonnick Raffin, qui insiste sur la volonté de concertation entre pouvoirs publics et acteurs privés, notamment au niveau de la réglementation douanière.

Un premier train de mesures rectificatives fait l’objet d’un projet de loi qui a été déposé à l’assemblée.

Plus de 20 milliards d’investissements à venir pour le Port

À l’occasion des 60 ans du Port autonome (1962-2022), le Port avait invité quelques chefs d’entreprises, importateurs et acconiers à prolonger les échanges à bord de l’Aranui, amarré au quai des goélettes à Papeete. « Toutes proportions gardées,  a déclaré René Temeharo, on peut dire, malgré tout, que la Polynésie française ne s’en sort pas trop mal, que les dégâts ont pu être limités. C’est autant le résultat des mesures d’aide et de soutien mises en place par le Pays et l’Etat, que par votre propre capacité d’adaptation et de résilience. » René Temeharo a ainsi rappelé  les efforts réalisés spécifiquement par le Port durant la crise de la Covid 19 pour les 250 entreprises de la zone de Fare Ute. Un soutien sous forme d’exonération variant entre 6 et 12 mois pour le paiement de diverses prestations, telles que les loyers, les frais de remorquage, d’amarrage, de redevance, de stationnement et d’encombrement, de gardiennage, etc. Puis le ministre des Grands Travaux a présenté les investissements à venir pour un montant de près de 20 milliards 345 millions sur 5 ans qui vont être injectés dans l’économie notamment au profit des entreprises du BTP, parmi lesquels l’extension du quai au long cours, l’approfondissement et l’élargissement de la passe de Papeete, la construction du terminal de croisière ou encore la réalisation du quai de cabotage n°6 à Motu Uta dans le prolongement du quai de l’Aranui.

Avec communiqué

 

Article précedent

La minute de l entrepreneur 19/05/22

Article suivant

Tematai Legayic : la "citoyenneté maohi" plutôt que la "citoyenneté polynésienne"

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le gouvernement à la rencontre des entreprises de Fare Ute