ACTUS LOCALESSOCIAL

Les grévistes sommés de libérer la Cuisine centrale

Le tribunal des référés à ordonné vendredi après-midi aux grévistes de la Cuisine centrale de Papeete de libérer les locaux et ses abords, dans un délai de trois heures après la signification de la décision de justice. Sans quoi, ils devront payer une astreinte de 100 000 Fcfp par heure de retard.

Le tribunal des référés a rendu sa décision vendredi après-midi sur la demande d’expulsion des grévistes des locaux de la Cuisine centrale de Papeete. La juge a rejeté « l’exception d’incompétence » demandée par l’avocat de la CSIP et a ordonné la libération des accès véhicules et piétons des locaux de la cuisine centrale « ou de ses abords ». Ceci dans un délai de trois heures après que la décision ait été signifiée, sous peine d’une astreinte de 100 000 Fcfp par heure de retard, comme le souligne Me Arcus Usang.

L’avocat de la CSIP souligne que les juges n’ont pas statué sur le fait que le président n’avait pas mandat, selon lui, pour ester en justice. Il annonce sa décision de faire appel dès lundi.

Article précedent

Cuisine centrale : "Il ne faut pas tout dilapider en l'espace d'une crise"

Article suivant

Mailee Faugerat élue PCA de Tahiti tourisme

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Les grévistes sommés de libérer la Cuisine centrale