ACTUS LOCALESECONOMIE

Licence de téléphonie : Viti attaque le Pays

© Radio 1

C’est une information Radio 1 et TNTV, quatre mois après avoir déposé sa seconde demande de licence d’opérateur de téléphonie mobile, et toujours sans réponse du gouvernement, la société Viti a décidé d’attaquer le Pays devant le tribunal administratif. « Nous sommes dans un pays de droit, mais le gouvernement ne respecte pas la loi », tempête le président de la société Mario Nouveau.

L’opérateur Internet privé Viti change de ton à l’égard du Pays. Quatre mois après avoir déposé une nouvelle demande « d’autorisation de fourniture de service de téléphonie mobile », et toujours sans aucune réponse du gouvernement, la société a décidé mardi d’attaquer le refus du Pays devant le tribunal administratif. Pour le directeur général de Viti, Bernard Foray, la société a déjà bien trop attendu.

Dans un premier temps, un recours en référé (en urgence, NDLR) portera sur une demande de transmission des documents administratifs du Pays qui l’ont conduit à ce refus implicite (étude de la DGEN, rapport de l’Idate…). Puis dans un second temps, sur la base de ces documents, Viti entend déposer un recours sur le fond pour contraindre le Pays à lui délivrer une licence de téléphonie mobile. Pour Bernard Foray, la voie judiciaire est la seule capable aujourd’hui de faire plier le Pays qui « favorise l’opérateur dominant ».

Interrogé jeudi dernier sur TNTV, le président Edouard Fritch avait assuré que son gouvernement devait se pencher sur la question le lendemain et donner sa réponse à Viti dans la foulée. Le président du Pays, qui assure la tutelle de l’OPT, expliquait vouloir une concurrence « à armes égales » en insistant sur le fait que « Vini est présent partout » en Polynésie. Finalement aucune réponse n’a été apportée par le gouvernement à Viti depuis vendredi.

Lundi, l’autorité polynésienne de la concurrence a rendu public son avis sur les deux demandes de licence déposées respectivement par Viti et Vodafone. Un avis qui recommande d’ouvrir le marché à la concurrence, sans délai et dans le cadre réglementaire actuel.

Article précedent

Les trois trafiquants de cocaïne seront jugés à Papeete

Article suivant

Football – Focus : Patrick Tepa, un joueur d’exception

2 Commentaires

  1. Warning sign
    10 octobre 2017 à 17h46 — Répondre

    Dur dur la concurrence ! Vodafone a mal négocié avec Huawei et n’atteint pas ses objectifs de rentabilité. Viti pourrait sonner le glas de l’empire Moux.

  2. Tiare 1
    13 octobre 2017 à 11h20 — Répondre

    Avec un gouvernement qui fait la sourde d’oreilles à toutes le recommandations de la CTC,nous ne sommes pas prêts de voir les prix baisser dans les secteurs de la téléphonie, internet et l’aviation.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Licence de téléphonie : Viti attaque le Pays