ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Marcel Tuihani : « Flosse a semé, Fritch récolte »

© Cédric Valax

© Cédric Valax

Le président délégué du Tahoeraa huiraatira et président de l’assemblée de la Polynésie, Marcel Tuihani, a fait son bilan des deux ans de gouvernance d’Edouard Fritch. Il dénonce un « décalage » entre les propos tenus par Edouard Fritch lors de l’ouverture de la session budgétaire la semaine dernière et la réalité. Pour lui il n’y a aucun doute, si Edouard Fritch peut s’enorgueillir aujourd’hui de son bilan, c’est grâce à son « père spirituel » Gaston Flosse.

Le groupe Tahoeraa à l’assemblée a invité les médias jeudi matin pour une conférence de presse portant sur le bilan du gouvernement Fritch. Le président de l’assemblée et président délégué du Tahoeraa, Marcel Tuihani, entouré de plusieurs élus, estime qu’il y a un « décalage entre le discours et la réalité ». Il affirme que le bilan présenté par le président du Pays lors de l’ouverture de la session budgétaire, la semaine dernière, n’est que de « l’autosatisfaction » qu’il considère comme «décalée voire même inappropriée ». Pour Marcel Tuihani, la situation économique et sociale du fenua « reste critique ». Il insiste sur le fait qu’Édouard Fritch ne fait que « récolter ce que Gaston Flosse a semé ».

Le président délégué du Tahoeraa a évidemment évoqué le projet Tahiti Mahana Beach, qu’il a renommé le « rikiki beach ». Il estime que c’est le « seul projet qui peut nous sauver », notamment au niveau de la création d’emplois. Marcel Tuihani estime que si le Tahiti Mahana Beach n’offre que 1 000 chambres, il ne compensera que les chambres perdues avec la fermeture de plusieurs hôtels de la place. Pour lui, il serait particulièrement dommageable pour la Polynésie de ne pas utiliser ce terrain comme il se doit, car « nous aurons perdu l’occasion unique de réaliser un vrai Resort capable de porter notre capacité à 350 000 touristes ».

Enfin, le président délégué du Tahoeraa a conclu son propos en accusant le gouvernement d’arroser les communes de subventions en s’interrogeant sur les « 300 millions Fcfp » de subventions octroyées en « très peu de temps ».

© Cédric Valax
Article précedent

Journal de 12:00, le 22/09/2016

Le procureur général, François Badie, et le président de la CTC, Jean Lachkar. © Radio 1
Article suivant

Les juridictions polynésiennes unies contre la corruption

2 Commentaires

  1. Pseudo Tiare
    22 septembre 2016 à 17h42 — Répondre

    M. Fritch « ne fait que récolter ce que Gaston Flosse a semé », propos tenus par M.Tuihani, on peut rajouter ,ce dernier a beaucoup récolté pour sa propre personne , amis de longue date avec à sa botte des béni-oui-oui qui bien qu’ils aient monté leur propre groupe politique ont longtemps cautionné des actions peu louables.

  2. simone grand
    23 septembre 2016 à 8h03 — Répondre

    Il m’est arrivé de dire à Gaston: tu t’appropries le travail d’autrui.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Marcel Tuihani : « Flosse a semé, Fritch récolte »