ACTUS LOCALESEDUCATION

Polémique nationale autour de l’orientation de la major du bac en Polynésie

Une véritable polémique nationale s’est créée ce week-end lorsque l’AFP a annoncé que la meilleure bachelière polynésienne, Ranitea Gobrait, avait été refusée dans tous les lycées parisiens où elle avait postulé malgré son 20,32 de moyenne au bac. Le ministère de l’Enseignement supérieur à Paris et la DGEE en Polynésie ont démenti dans la foulée. Ranitea Gobrait sera reçue lundi par le vice-rectorat pour évoquer son orientation.

La polémique a enflammé les réseaux sociaux et les médias locaux et nationaux ce week-end. Vendredi, l’Agence France Presse (AFP) annonçait que malgré son exceptionnel 20,32 de moyenne au bac, la brillante polynésienne, Ranitea Gobrait, avait été « refusée dans tous les établissements parisiens dans lesquels elle a postulé, et reste en liste d’attente dans le lycée toulousain Pierre-de-Fermat pour une classe prépa d’ingénieurs ». Immédiatement, les réactions contre le programme d’orientation déjà très décrié Parcoursup se sont faites entendre. Notamment sur les critères de sélection géographiques qui défavoriseraient les élèves polynésiens. Une polémique qui a été jusqu’à faire réagir le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche à Paris.

Paris et Papeete démentent

Le ministère national a d’abord démenti de façon laconique en indiquant « qu’il ressort du dossier de la bachelière que celle-ci a reçu et refusé plusieurs propositions d’admission, notamment dans des classes préparatoires aux grandes écoles qu’elle avait appelées de ses voeux à Paris ». A Tahiti, le directeur général de l’éducation et des enseignements, Thierry Delmas, a précisé dans un autre communiqué : « Il est faux d’affirmer que tous les établissements d’enseignement supérieur métropolitains ou parisiens ont refusé sa candidature. En effet, sur la base de son dossier scolaire de très grande qualité, et depuis le 27 mai 2018, pas moins de 5 propositions d’intégration dans des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) métropolitaines, conformes à ses vœux (dont 4 dans des lycées parisiens), lui ont été proposées. Elle a décliné toutes ces propositions. A ce jour, son dossier est sur liste d’attente dans deux lycées métropolitains, et elle est inscrite en CPGE à l’Université de Polynésie française. »

La DGEE calme le jeu

Dimanche, la DGEE a néanmoins semblé vouloir adoucir son propos en précisant dans un nouveau communiqué que : « si elle a décliné toutes ces propositions, nul ne doit porter le moindre jugement sur les choix de la candidate. Elle avait pleinement le droit de refuser les propositions qui lui sont faites, y compris lorsqu’il s’agissait de classes préparatoires parisiennes fort réputées, en MPSI (sa filière de prédilection) comme en ECS. »

Finalement, Ranitea Gobrait sera reçue lundi par les services de l’éducation en Polynésie « pour faire le point sur sa situation ».

Article précedent

Le Pays retire son agrément à la fédération de rugby de Tauziet

Article suivant

Les 15 projets polynésiens du Livre bleu des Outre-mer

2 Commentaires

  1. DRUDI Jean
    10 juillet 2018 à 11h18 — Répondre

    Moi pas comprendre ce calcul de sa moyenne 20,23 alors que le max est 20? si quelqu’un peut m’éclairer, merci! Jean

    • 10 juillet 2018 à 16h58 — Répondre

      Bonjour, les options facultatives au bac rapportent des points bonus pour les élèves qui les présentent. Dans ce cas exceptionnel, les points bonus ont fait dépasser la note de 20/20.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Polémique nationale autour de l’orientation de la major du bac en Polynésie