ACTUS LOCALESJUSTICE

Prison ferme pour Rere Puputauki dans l’affaire du GIP

C’est une exclusivité Radio 1. Dix ans après les révélations fracassantes de la chambre territoriale des comptes (CTC) sur le sulfureux Groupement d’intervention de la Polynésie (GIP), le tribunal de grande instance de Paris a condamné jeudi dernier l’ancien chef des hommes en rouge, Rere Puputauki, à 3 ans de prison, dont 18 mois fermes et 6 millions de Fcfp d’amende. Rere Puputauki et trois de ses proches sont également condamnés à rembourser solidairement 90 millions de Fcfp à la Polynésie.

Instruite à Paris depuis 2009, la retentissante « affaire du GIP » a finalement débouché la semaine dernière sur une nouvelle condamnation de l’emblématique ex-chef du Groupement d’intervention de la Polynésie et bras droit de Gaston Flosse jusqu’en 2004, Rere Puputauki. Le 6 octobre dernier, le tribunal de grande instance de Paris a condamné Rere Puputauki à 3 ans de prison, dont 18 mois fermes et 6 millions de Fcfp d’amende pour « favoritisme », « prise illégale d’intérêts », « abus de bien sociaux », « détournement de fonds publics » et « faux et usages de faux »… Trois proches de l’ancien chef du GIP, Franck, Glen et Dominique Hunter, ont également été condamnés à des peines d’interdiction de gestion, d’amende, de sursis et de prison ferme. Enfin, la personne morale de la société « Niako », appartenant aux mis en cause, a été condamnée à 6 millions de Fcfp d’amende.

De l’argent détourné et réinvesti au Chili

Dans ce dossier volumineux ouvert à la suite du rapport de la CTC sur le GIP en 2006, les juges d’instruction parisiens, Serge Tournaire et Roger Le Loire, se sont principalement intéressés à la passation de marchés entre le GIP et plusieurs sociétés locales. Le GIP établissant des faux « certificats de services faits » pour arroser lesdites sociétés de fonds publics. Argent qui était ensuite réinvesti par le chef du GIP et ses proches notamment dans « une mine de fer au Chili » ! Rere Puputauki peut encore faire appel de cette décision pour suspendre l’application de la peine. L’ancien chef du GIP a déjà passé plusieurs mois à Nuutania en 2012 après deux premières condamnations pour ses activités dans l’ancien service du Pays. La première pour « travail dissimulé » dans l’affaire du convoyage des thoniers de Tahiti Nui Rava’i et la seconde pour « homicide involontaire » dans le dossier du naufrage du Tahiti Nui IV. Enfin, Rere Puputauki est également toujours mis en examen dans l’affaire de la disparition du journaliste JPK en 1997.

9b95cb311a6f1abbdad73175dc15255b50fdf779-1
Article précedent

Les confidences de Hollande parasitent le début d'inventaire du quinquennat

6a6efca4ca36509552a48641543aba0a1c39c293
Article suivant

Trêve en Syrie: la communauté internationale se donne une dernière chance

6 Commentaires

  1. fiudecesmenteurs
    12 octobre 2016 à 15h35 — Répondre

    C’est la prison directe pour ces voleurs là,après tous ces détournements,leur place c’est Nuutania.

  2. Pseudo Tiare
    12 octobre 2016 à 17h28 — Répondre

    On n’arrête pas d’en apprendre sur les magouilles des uns et des autres.Et dire qu’on met sur le dos des pauvres les problèmes de notre Pays, car coûtent trop chers à la société. Nos politiques (et proches qui profitent du système),devraient se regarder dans un miroir car ils sont loin d’avoir les mains propres et une morale surtout.

  3. Daniel BUSSON
    13 octobre 2016 à 6h39 — Répondre

    Le plus incroyable c’est la lenteur de l’instruction de la disparition du journaliste JPK en 1997.

  4. JPK
    13 octobre 2016 à 8h02 — Répondre

    GIP=magouilles, détournements, blocages de la rue, espionnages, exactions,intimidations,agressions sexuelles, milices,navires naufragés,, marins noyés,

    les chefs bonnets rouges du gip, ca fait froid dans le dos

    alors, on vote encore pour eux? on en veut encore?

    voilà les vrai néo-colons, que l’on doit dénoncer et poursuivre à l’ONU.

  5. tupai
    13 octobre 2016 à 8h03 — Répondre

    Pupuptauki, l’homme de main de Gaston, celui des renversements d’Oscar, 9 ou 10 gouvernements en 13 années ! Celui des blocages du port ( 4 fois ) qui a pourri toutes les présidences du patron des Bleus. Gaston avait même envahi la présidence pour tenter d’y trôner, mais le Haussaire a viré Gasgas vite fait ! C’est encore lui qui est dans l’affaire de la disparition de Jean Pascal (JPK), en fait un assassinat. Elle était belle la vie ! maintenant il faut payer et ça va encore durer des années avant que tout soit réglé

  6. MATA
    13 octobre 2016 à 9h34 — Répondre

    On se demande qui était son patron?

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Prison ferme pour Rere Puputauki dans l’affaire du GIP