ACTUS LOCALESCULTURE

« Sa musique avait un sens contrairement à certaines musiques »

Posted by Radio1 Tahiti on Monday, June 10, 2019

Le compositeur, chanteur, le poète et artiste Louis dit Coco Mamatui a été inhumé lundi en fin d’après-midi au cimetière Saint-Joseph à Faa’a. « Il nous laisse un héritage énorme », « Sa musique avait un sens contrairement à certaines musiques », ou encore c’est un « grand compositeur », voilà quelques uns des hommages recueillis lors de la cérémonie. Ses proches et ses amis l’ont accompagné jusqu’à sa dernière demeure en entonnant quelques unes de ses compositions.

L’artiste compositeur Coco Mamatui s’est éteint samedi à 81 ans. Deux veillées ont été organisées à la mairie de Faa’a. L’occasion pour ses proches et amis de rendre hommage à ce « grand compositeur », tout en entonnant plusieurs de ses compositions. Et avant de se rendre à la paroisse de Saint-Joseph, un drapeau de l’ONU a été déposé sur son cercueil. « Le drapeau de l’ONU, c’est le symbole de la paix de l’unité de tous les peuples à travers le monde. Objectif pas encore atteint, » a alors déclaré Oscar Temaru dans son discours.

« Il nous laisse un héritage énorme » Oscar Temaru

« C’est un poète » a affirmé le tavana de Faa’a et aussi ami de Coco « il nous laisse un héritage énorme pour nous, pour la jeunesse de notre pays ». Oscar Temaru a d’ailleurs raconté que quand Coco l’appelait, « ce n’était pas pour me parler de ses problèmes mais bien des problèmes des autres (…) heureusement qu’il y a les pauvres pour s’occuper des pauvres ». Oscar Temaru se rappelle le jour où tous deux ont écrit E mata nei au. « On a mis deux semaines pour l’écrire et pourtant, elle n’est pas longue cette chanson. Lorsqu’on écrivait un mot, on se regardait tous les deux puis on pleurait, donc on s’arrêtait là. Puis il me rappelait et me disait c’est bon tavana, reviens, il faut la terminer. Et on a continué comme cela jusqu’à ce qu’on finisse de l’écrire. Voilà, ce n’était pas quelqu’un qui mettait n’importe quels mots dans ses chansons ».

« Sa musique avait un sens contrairement à certaines musiques » Père Abraham

Lors de la messe, le père Abraham a lui aussi rendu hommage à Coco Mamatui. Il racontait que Coco « voulait que les Polynésiens sachent lire le solfège, il passait des heures à leur enseigner la musique. Et si ses élèves n’étaient pas assidus, il se mettait en colère ». Pour Père Abraham, Coco était un « spécialiste » des chants en relation avec notre culture, notre peuple, notre environnement mais aussi des chants liturgiques. « Ce sont sur ses chants que l’Église s’appuie et s’inspire, tous les chants sont de lui (…). Il était un grand compositeur ».

« Je n’ai pas cru qu’il allait parti comme cela » Petiot

Lundi, ses amis musiciens étaient tous venus avec leur guitare ou leur ukulele, tels que Gabilou, Timi, Arakino ou encore Petiot. Ces derniers ont versé des larmes tout en chantant quelques unes des compositions de l’artiste. Petiot se souvient que la dernière fois qu’ils se sont vus tous les deux avec Coco, ce dernier lui a demandé de continuer à écrire des chants liturgiques.

Article précedent

« C’est la première fois que je fais le Heiva j’ai eu le trac » Koraï

Article suivant

A vous la parole, replay - Maheata et les meilleurs pâtissiers - 11/06/2019

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

« Sa musique avait un sens contrairement à certaines musiques »