ACTUS LOCALESSANTÉSOCIÉTÉ

Trois personnes rapatriées des îles Cook

Trois matahiapo, bloqués aux Îles Cook depuis le mois de mars, ont pu rentrer au fenua ce jeudi grâce à un vol de l’armée.

Ils étaient partis aux îles Cook avant l’interruption des liaisons aériennes, et attendaient depuis le mois de mars de pouvoir revenir à Tahiti. C’est notamment le cas de Noëlle Teai, de Mahina, qui a aussi des racines aux Îles Cook et dont le séjour aura duré 11 mois.  « Dommage que je ne peux pas embrasser tout le monde ! » a-t-elle dit au comité d’accueil à la base aérienne après avoir remercié l’armée et le président du Pays. Une fois les formalités d’entrée terminées, elle a rejoint sa famille qui l’attendait à l’entrée de la base. Outre sa famille bien sûr, ce sont les yaourts qui ont le plus manqué à Noëlle, et c’est la première chose qu’elle avait envie de manger. « Il y en a 30 dans le frigo ! » s’est exclamé son mari.

C’est le Casa des FAPF, parti ce matin, qui a ramené les trois naufragés du covid vers 14h30. Les mesures sanitaires ont été prises à bord, et les trois matahiapo avaient été inscrits sur la plateforme Etis avant leur arrivée pour le suivi sanitaire, même si les Cook sont actuellement « covid-free ».

©CP/Radio1

Le directeur de cabinet du haut-commissaire, Cédric Bouet, et le chef d’État-major interarmées des forces armées en Polynésie française, le colonel Pierrick Michel, étaient présents pour accueillir les résidents et leur faire part de leur soutien.

 « C’est une opération qui est préparée intensément depuis plusieurs semaines, dit Cédric Bouet, j’ai presque envie de vous dire depuis plusieurs mois. Une rotation sur les Cook c’est quelque chose qui ne s’improvise pas. Nous avons combiné la capacité des moyens militaires et la volonté du haut-commissaire pour réussir à proposer une solution de retour aux trois ressortissants français polynésiens que vous venez de voir. Il faut aussi saluer l’aide apportée par Mme Barton, consule honoraire de France aux Îles Cook. »

Ce rapatriement marque le retour des derniers Polynésiens qui souhaitaient revenir au fenua.  « Il n’y a pas aujourd’hui de ressortissants polynésiens bloqués à l’extérieur de nos frontières qui se soient manifestés et qui soient en incapacité de trouver une solu tion de retour », précise Cédric Bouet.

 

Article précedent

Recette du jour : Boulettes frites de pois chiche

Article suivant

Parole sans frontière – BENNY SOIT-IL du jeudi 26/11/2020

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Trois personnes rapatriées des îles Cook