ACTUS LOCALESJUSTICE

Un détenu de Nuutania déclare vouloir faire des « attentats » en France

Un jeune homme de 25 ans, incarcéré à Nuutania, a été jugé en comparution immédiate jeudi après-midi pour des faits de menaces, outrages, menaces de mort et violences à l’égard de deux surveillants pénitenciers et de trois gendarmes. La semaine dernière, le détenu avait mis le feu à sa cellule d’isolement avant de s’attaquer aux gardiens qui venaient le secourir. Plus surprenant, à l’audience le jeune homme a indiqué vouloir se rendre en métropole pour y commettre des « attentats »… Il a été condamné à deux ans de prison ferme.

Augustin Mahiti, 25 ans, détenu de Nuutania était présenté jeudi après-midi en comparution immédiate. Pas moins de deux fourgons de gendarmeries, six gendarmes cagoulés et plusieurs militaires en civil ont escorté le jeune homme. Un détenu déjà bien connu de la justice, avec douze condamnations donc la dernière pour évasion. Cette fois-ci, il comparaissait pour des faits de menaces, outrages, menaces de mort et violence. Le 16 mars dernier, Augustin avait mis le feu à la cellule d’isolement dans laquelle il avait été placé après de précédents incidents avec les surveillants pénitenciers. Deux gardiens s’étaient rendus dans la cellule pour faire sortir le détenu mais, celui-ci leur avait jeté des objets enflammés. L’établissement avait alors fait appel aux gendarmes pour maîtriser l’individu. Les forces de l’ordre avaient alors essuyé les crachats et les menaces de mort d’Augustin. « Je vais tuer les policiers, si vous me relâcher je veux tuer votre famille », avait lancé le détenu…

A l’audience, le jeune homme n’a pas voulu d’avocat et a refusé de s’exprimer : «  je ne veux rien dire, je n’ai pas envie d’expliquer ». Le prévenu a juste indiqué son désir d’aller vivre en métropole. « Je veux mourir là bas » a commencé le détenu avant de poursuivre « je veux faire des attentats là bas ». Les conclusions de l’expert psychologue ont décrit un homme avec une très forte agressivité à l’égard du système carcéral. « Il revendique les faits et en projette d’autres comme la mort d’un des surveillants, il y a un fort risque de récidive », a prévenu l’expert. Sur ces éléments, le tribunal a suivi les réquisitions du procureur en condamnant Augustin Mahiti à deux ans de prison ferme supplémentaires.

Article précedent

Albert Solia de retour à la présidence

Article suivant

Affaire de la Vaisselle : Pas d'inéligibilité pour Flosse

1 Commentaire

  1. PAVLOVA
    23 mars 2017 à 21h49 — Répondre

    Trois ou quatre bonnes baffes en pleine tronche…ca devrzit bien le calmer …moa hinu faa’ore ta oe mau haavarera’a.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Un détenu de Nuutania déclare vouloir faire des « attentats » en France