ACTUS LOCALESECONOMIE

Un espoir de défiscalisation pour la filière pêche

© HC

Bien que la pêche, comme la perle ou encore le tourisme, fasse partie des secteurs clés de l’exportation rien ne garanti que les armateurs polynésiens puissent bénéficier de la défiscalisation. « Je ne vais pas prendre une décision au bout de deux heures de visite » a affirmé le ministre de l’Action publique et des comptes publics Gérald Darmanin.  

Le ministre de l’Action publique et des Comptes publics, Gérald Darmanin, s’est rendu lundi matin au port de pêche à Fare-Ute. Il a assisté à la vente à la criée puis a visité le navire Lady Chris 6. Ce navire a été construit localement et mis à l’eau en janvier 2017. Le propriétaire et armateur, Georges Moarii, a déjà d’autres projets. Il souhaite notamment investir dans une usine « pour arriver sur des process avec une meilleure maîtrise de toutes les normes » a précisé le directeur financier de Ocean Products, Vatea Moarii. Il affirme d’ailleurs que « le secteur est en croissance » avec la mise en place d’un millier d’emploi « aussi bien en mer que sur terre ». Vatea Moarii note que le poisson de Polynésie a surtout le vent en poupe sur le marché américain.

Malgré sa bonne dynamique dans l’exportation, la filière pêche n’a aucune garantie de bénéficier de la défiscalisation.

Le ministre de l’Action publique et des Comptes publics a affirmé qu’à son retour il travaillerait avec ses collègues ministres sur ce dossier car « il y a des défiscalisation qui n’ont pas servi à grand-chose et qui parfois sont même contraires à l’esprit de la défiscalisation ».

 

 

 

Article précedent

Darmanin promet des concours « à une heure acceptable pour les Polynésiens »

Article suivant

Deux rameurs polynésiens aux championnats du monde de paracanoë

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Un espoir de défiscalisation pour la filière pêche