ACTUS LOCALESCULTURE

À Taputapuatea pour « partager la joie » de la victoire

Un peu plus de deux semaines après l’inscription du site de Taputapuatea sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, une délégation officielle s’est rendue à Raiatea pour célébrer cette victoire avec la population locale. L’occasion de constater que tout n’est pas encore prêt pour accueillir davantage de touristes qu’aujourd’hui, même si des projets sont en train d’être lancés.

Le président du Pays, une grande partie du gouvernement, le haut-commissaire, le président de l’assemblée de la Polynésie française, le président du CESC, des parlementaires et des personnalités du monde de la culture : c’est une importante délégation qui s’est rendue à Raiatea, mercredi, pour célébrer l’inscription du site sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

C’est à Cracovie, en Pologne, que les premières célébrations ont eu lieu. C’est là que l’Unesco a officiellement décidé d’accueillir le site de Taputapuatea au sein du patrimoine mondial. Le président du Pays était présent et même si la victoire était savoureuse, il dit s’être senti « bien seul et isolé à Cracovie ». Pour Édouard Fritch, il était important de partager cette joie avec ceux qui ont travaillé à l’élaboration du dossier de candidature de Taputapuatea et avec la population de Opoa. Dans les prochains mois, le président du Pays veut également partager cette réussite avec « nos frères polynésiens ».

La grande famille des Polynésiens s’était déjà rassemblée sur ce site en juillet 2015 pour signer une déclaration commune sur le changement climatique, comme le rappelle le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu.

Pour le ministre de la Culture, cela montre que les pays voisins sont encore conscients « de ce que représente Taputapuatea ». Le président de l’association Na papa e va’u et représentant UPLD, Richard Tuheiava, veut en profiter pour aller plus loin et faire reconnaître le grand ensemble polynésien par l’Unesco.

Mais l’inscription d’un site comme celui de Taputapuatea n’a pas qu’une dimension culturelle, comme le souligne le haut-commissaire, René Bidal.

L’entrée de Taputapuatea au patrimoine mondial devrait attirer les touristes étrangers. Mais avant d’espérer des retombées financières, il va falloir se préparer à accueillir des visiteurs, souligne Tony Hiro, l’un des sages du comité de gestion du site.

Le seul hôtel de l’île, le Hawaiki Nui, a fermé il y a quelques années. D’après le maire de Taputapuatea, Thomas Moutame, une centaine de personnes environ peuvent être accueillies dans les pensions de famille. Depuis l’inscription du site au patrimoine mondial, des investisseurs se sont manifestés pour monter un projet hôtelier. En attendant, le maire essaie de trouver d’autres solutions pour accueillir des grands groupes de visiteurs.

L’hébergement n’est pas le seul point à régler. Des formations de guides touristiques vont être lancées. Il faudra aussi créer un centre d’accueil pour les touristes sur place avec des panneaux explicatifs.

Article précedent

Et revoilà le toilettage du statut d'autonomie

Article suivant

Fritch veut un dispositif de "solidarité nationale"

1 Commentaire

  1. Merci qui ?
    27 juillet 2017 à 11h24 — Répondre

    Grâce à qui ? En tout cas ce n’est pas grâce au gouvernement actuelle …
    Dégueulasse les honneurs revient à fritch pppffffffffffff … e meeeaaaa

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

À Taputapuatea pour « partager la joie » de la victoire