EDUCATIONNON CLASSÉ

Colère de parents d’élèves après un examen nocturne

Les épreuves du Brevet d’initiation aéronautique, que passent de nombreux élèves mineurs de 3e, voire de 4e, se sont déroulées mardi 28 mai au soir, de 23h30 à 2h30 du matin. Les candidats inscrits à l’épreuve d’anglais, eux, n’ont pu quitter le centre d’examen qu’à 4h30 du matin. La Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement public (Fapeep) proteste auprès de la ministre de l’Éducation contre cette organisation, qui contredit l’engagement pris par le ministre Gérald Darmanin lors de sa visite en Polynésie en juillet 2018. 

Ils étaient près de 200 élèves polynésiens à se présenter au BIA, le brevet d’initiation aéronautique, première étape vers le brevet de pilote et les métiers de l’aéronautique. Il s’adresse à des élèves de 3e, voire de 4e, c’est-à-dire des adolescents de 14 à 16 ans. Des jeunes (et les membres de leur famille qui les accompagnaient) ont du veiller tard et ne rentrer chez eux qu’à l’aube, pour se plier à l’organisation de cet examen national.

Possible pour les concours de fonctionnaires, mais pas pour les enfants ? 

« Nous souhaitons comprendre pourquoi aucune mesure préalable n’a été prise par la Direction générale de l’éducation et des enseignements, en charge de l’organisation matérielle des examens, pour répondre concrètement à la difficulté résultant du décalage horaire, imposé aux candidats de Polynésie ? » demande la Fapeep dans un courrier adressé à la ministre de l’Éducation Christelle Lehartel. La fédération rappelle que depuis septembre 2018, après la visite au fenua du ministre de l’Action et des comptes publics Gérald Darmanin,  plusieurs examens de la fonction publique d’État ont pu, eux, être organisés de jour. « Selon nous, ces mêmes dispositions ont tout lieu de s’appliquer dans le domaine de l’éducation, » conclut le courrier de la Fapeep. Les examens pourraient soit proposer des sujets distincts de ceux proposés aux élèves métropolitains, soit donner lieu à une « mise en loge », ce qui suppose un hébergement des candidats dans la nuit qui précède l’examen.

La Fapeep attend donc une réponse à ce traitement des élèves qu’elle estime « injuste » et « discriminant ».

Le Brevet d’initiation aéronautique (BIA) est un diplôme français qui assure les bases d’une culture générale dans le domaine aéronautique. Il est délivré conjointement par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, et par celui de l’Éducation nationale. L’examen prend la forme d’un questionnaire à choix multiples (QCM) de 100 questions qui portent sur cinq thèmes:  météorologie et aérologie ; aérodynamique, aérostatique et principes du vol ; étude des aéronefs et des engins spatiaux ; réglementation, navigation et sécurité des vols ; histoire et culture de l’aéronautique et du spatial. Une épreuve facultative (durée 30 minutes) portant sur l’anglais aéronautique est également proposée aux candidats.

 

 

Article précedent

Faa’a seule commune du grand Pape’ete à faire le pont

Article suivant

Une subvention de 900 Millions de Fcfp pour TNTV pour « maintenir son statut de leader »

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Colère de parents d’élèves après un examen nocturne