ACTUS LOCALESECONOMIE

Comment faire baisser le nombre de radiations d’entreprises au fenua ?

Accueil du pôle entreprises de la CCISM. ©Radio1

Créer son entreprise « c’est facile », le défi, c’est de la faire vivre, souligne Stéphane Chin Loy, le président de la CCISM. Le CESC s’est inquiété à plusieurs reprises, ces dernières années, du taux élevé de radiations, pointant du doigt un manque d’accompagnement des créateurs d’entreprise. La chambre veut y remédier en mettant en avant ses activités de conseil.

En juin 2015 ou encore janvier 2016, le Conseil économique, social et culturel de la Polynésie française (CESC) s’est intéressé au sort des entrepreneurs individuels. Au-delà de la question de la réforme du statut, les membres du Conseil se sont penchés sur le taux de radiations élevé des TPE (très petites entreprises) et PME (petites et moyennes entreprises). En 2014, 94% des entreprises créées étaient radiées dans la même année, d’après Tahiti Infos. Actuellement, la CCISM enregistre 300 créations d’entreprises chaque mois pour 200 fermetures, indique Mike Ah Tchoy, directeur du pôle entreprises. « Heureusement, la tendance est plus à l’immatriculation qu’à la radiation », se réjouit-il. Cela est dû notamment au contexte économique général ; l’accompagnement des porteurs de projets est aussi un élément déterminant. Le président de la chambre, Stéphane Chin Loy, affirme que la CCISM met en place de nombreux outils pour former les jeunes entrepreneurs.

Quand il a créé sa première entreprise, il y a 12 ans, Rudy Tetoka est « tout de suite allé chercher de l’aide », notamment en matière juridique.

Cela fait douze ans que Rudy Tetoka a créé sa première entreprise. Depuis, son activité « se développe vraiment bien », il a lancé cinq boîtes et il fait actuellement des démarches pour faire une passation à sa femme de son entreprise de production de lait de coco. Même s’il connaît bien, désormais, les démarches à accomplir et les écueils à éviter, il continue de demander conseil à ses interlocuteurs à la CCISM. Il aura bientôt un seul et même conseiller pour toutes ses questions, puisque la chambre réforme son pôle entreprises. Chaque « client », comme la chambre appelle les créateurs d’entreprise, sera épaulé par un « conseiller », aussi bien pour ses démarches administratives que pour l’établissement de son business plan. Cette réforme était nécessaire, reconnaît Mike Ah Tchoy.

Cette nouvelle méthode est en train d’être mise en place, la formation des agents se poursuivra jusqu’en 2018. En parallèle, la chambre travaille aussi à l’établissement de statistiques plus précises et complètes sur les créations d’entreprises, les secteurs porteurs, l’âge et le sexe des porteurs de projets et, évidemment, les radiations.

Article précedent

Ils ont sauvé des vies lors des intempéries de janvier

Article suivant

Kressmann : « Les entreprises proposent de l’emploi »

1 Commentaire

  1. CHAN
    27 octobre 2017 à 16h59 — Répondre

    Faire payer la patente 3 années après l’activité, Ne pas faire payer la tva aux entreprises mais inclure soit dans les services et produits. Ne pas faire payer de taxes pour les entreprises qui font des chiffres qui atteignent 2 à 3 millions de francs. et faire baisser les charges patronales.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Comment faire baisser le nombre de radiations d’entreprises au fenua ?