ACTUS LOCALESSANTÉ

Gaston Tong Sang assume son statut vaccinal

©APF

C’est dans une interview donnée vendredi à Radio Bora Bora que Gaston Tong Sang a confirmé qu’il n’était pas vacciné : il explique qu’après avoir eu le Covid en octobre 2020, son bilan sérologique a plusieurs fois montré qu’il était toujours porteur d’anticorps, et qu’il se ferait vacciner si ce taux d’anticorps devenait trop faible. Le président de l’assemblée explique également son désaccord avec le confinement, le pass sanitaire inter-îles, et l’obligation vaccinale telle que prévue par le Pays.

C’est le premier élu qui assume ce choix publiquement : Gaston Tong Sang, 72 ans, maire de Bora Bora et président de l’assemblée de la Polynésie française, n’est pas vacciné. Dans le studio de Radio Bora Bora, vendredi, il a mis fin aux spéculations qui circulaient sur son statut vaccinal depuis plusieurs semaines. Positif au test à J+4 après un déplacement à Paris avec le président Fritch et plusieurs membres du gouvernement, en octobre 2020, GTS fait une forme bénigne de la maladie, dit-il, souffrant seulement de la perte du goût et de l’odorat. À la fin de son isolement, il se considère alors immunisé. En juin dernier, il fait réaliser une sérologie qui montre qu’il a un bon taux d’anticorps, ce qui le conforte dans l’idée qu’il est immunisé et qu’il n’a pas besoin du vaccin. Un nouveau test le 18 août dernier, la veille du vote sur l’obligation vaccinale, montre qu’il a toujours des anticorps. Il déclare qu’il fait désormais une sérologie mensuelle et qu’il se fera vacciner si ton taux d’anticorps redevient trop bas. « C’est exactement le but de ce vaccin, aider le corps à produire des anticorps ! » dit le tavana. Et tant que c’est le cas, « à quoi ça sert de se vacciner ? » 

La loi du Pays sur l’obligation devrait exonérer les personnes immunisées par la maladie, dit Gaston Tong Sang

Gaston Tong Sang explique qu’il a voté le texte sur l’obligation vaccinale « par solidarité » avec le gouvernement, pour ne pas « rajouter une crise politique » à la crise sanitaire et économique. Mais il précise qu’il souhaitait limiter la portée de la loi, comme en métropole, aux personnels soignants, par sécurité juridique puisque le Conseil constitutionnel l’avait déjà validée (le Conseil d’État doit encore se prononcer sur l’arrêté d’application). « Mais ce sont les maires » qui ont demandé des mesures d’application fortes, dit GTS. En revanche, il estime que les personnes immunisées parce qu’elles ont contracté le covid, comme lui, devraient être comptabilisées pour mesurer l’immunité collective, et qu’elles ne devraient pas être soumises à l’obligation vaccinale.

« J’ai dit au président, tu as eu tort de nous confiner »

Gaston Tong Sang prend soin de détailler son plan de sauvegarde communal qui porte une attention particulière aux plus âgés et aux plus fragiles, mais il estime que les restrictions de circulation entre Tahiti et les Iles Sous-le-Vent sont exagérées. Avec son mode de calcul, dit-il, la population de Bora Bora est immunisée à 72% et la Polynésie « s’approche des 70% ». Là encore, il prend pour cibles les maires des Raromata’i, partisans du pass entre Tahiti et les ISLV, puis du pass intra-Raromata’i décidé après une visite en urgence d’Edouard Fritch et Dominique Sorain à Raiatea, où selon GTS les élus se sont perdus dans des considérations sur le nombre de voitures en circulation.  Il digère mal les propos du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, qui avait critiqué le lenteur de la vaccination à Bora Bora : « on a toujours été montré du doigt, (…) j’ai même entendu un certain ministre parler à la télévision à Mayotte, (…) alors qu’on est les premiers de la classe ! (…) grince le maire de BoraBora qui veut rencontrer le haut-commissaire et le président du Pays cette semaine. Gaston Tong Sang défend ainsi la continuité de l’activité qui fait vivre son île, le tourisme : « Je ne comprends pas pourquoi on laisse venir les touristes si on les enferme dans les hôtels, personne ne comprend ça. » Il a d’ailleurs toujours été opposé au confinement, dit-il : « … On a confiné, reconfiné, reconfiné encore, et on n’a pas échappé à la catastrophe ». Gaston Tong Sang était partisan de laisser le virus circuler, dit-il.

 

 

 

Article précedent

Yohann Barlafante alias Thodé : peintre, dessinateur, sculpteur et architecte

Article suivant

Journal de 7h30, le 13/09/21

6 Commentaires

  1. tam
    13 septembre 2021 à 7h45 — Répondre

    Wouah!! une forte prise de position…

  2. COLLIN François
    13 septembre 2021 à 7h54 — Répondre

    Enfin un élu lucide et plein de bon sens

  3. simone Grand
    13 septembre 2021 à 8h54 — Répondre

    C’est ce qu’on appelle une vaccination naturelle.

  4. Hei
    14 septembre 2021 à 7h21 — Répondre

    C’est une chance pour vous Mr Tong Sang que vous n’avez développé qu’une forme bénigne de la maladie, d’autres n’ont malheureusement pas eu cette chance. Vous avez développé des anti corps certes mais avec le vaccin la pire des choses qui puisse vous arriver, c’est d’en produire davantage .
    Le confinement, couvre-feu,mesures , prises à haut niveau, pass sanitaire sont plus que nécessaires pour limiter la propagation du virus, n’en déplaise à votre personne.
    Votre manque de respect , critiques vis à vis de Mr Le Cornu ministre des Outre Mer qui n’avait fait que constater , lors d’un déplacement sur Bora, le peu d’entrain de votre population à se faire vacciner alors que les vaccins étaient disponibles, me choque. Remettre en doute ses dires n’est pas à votre honneur, car s’agissant de mendier de l’argent à la Métropole, c’est cirage de bottes à grande échelle…

  5. Louis Bresson
    14 septembre 2021 à 9h19 — Répondre

    Gaston Tong Sang a sans doute eu de la chance de ne pas avoir trop souffert de la Covid. Mais ce ne sera pas forcément le cas des futurs malades de ce virus qui a des effets inégaux. Dommage si ce témoignage incite à ne pas se faire vacciner.
    Par contre, sur le confinement, le maire de Bora Bora peut légitiment avoir des doutes. Surtout lorsque l’on voit la libre circulation des habitants de Tahiti (et sans doute des autres îles), qui tend à démontrer son inutilité, pour ne pas dire son inefficacité. Ce confinement-là fait sans doute plus de mal que de bien. A l’économie locale en général et en particulier au tourisme.
    Tous ces commerces fermés « à l’aveugle » alors qu’il pourraient très bien fonctionner en respectant les « gestes barrière », c’est stupide et inhumain.
    Plutôt que ce pseudo-confinement conçu par des fonctionnaires qui se soucient peu de la vie quotidienne des « Tetuanui », il vaudrait mieux une bonne communication sur la manière et les lieux de propagation du virus, afin d’en informer la population, et de la rendre responsable. La méthode actuelle qui nous tient dans l’ignorance fait plutôt de nous des irresponsables. Il y a de quoi se demander si les personnes en charge de la gestion de cette crise se sont vraiment posé la question de la propagation du virus. Depuis le temps qu’il circule on devrait commencer à avoir une petite idée de la manière dont il se propage, ne serait-ce qu’en questionnant les malades. Le meilleur exemple de la méconnaissance du sujet est l’interdiction aveugle de circuler sur le lagon et en mer. Que ce soit à la nage, en pirogue individuelle ou sur un paddle, on ne voit pas comment on peut transmettre le virus. Et même en bateau au large, pour aller à la pêche ou voir les baleines avec la famille ou même des amis que l’on côtoie tous les jours… Et ne parlons pas des touristes vaccinés et testés que l’on empêche de se promener !
    Le confinement a des raisons que la raison ne connaît pas.

  6. Hei
    14 septembre 2021 à 12h02 — Répondre

    Mr le ministre Lecornu, pardon .Merci

Laisser un commentaire

PARTAGER

Gaston Tong Sang assume son statut vaccinal