ACTUS LOCALESJUSTICE

« Je n’ai pas monnayé mes décisions »

L’ancien ministre des Sports et directeur de la Fédération tahitienne de football (FTF), Reynald Temarii, a réagi cinq jours après son placement en garde à vue par le parquet national financier dans l’affaire de la Fifa. « Je n’ai pas monnayé mes décisions », affirme l’ancien membre du bureau exécutif de la fédération internationale de football.

Dans un communiqué diffusé mardi matin, Reynald Temarii a réagi pour la première fois à son placement en garde à vue, jeudi dernier à Papeete, dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier de Paris sur les conditions d’attribution du mondial de football au Qatar en 2022. « Que la justice statue définitivement et rapidement sur ce dossier ! C’est mon voeu pour 2018 », entame Reynald Temarii. « Lors de ma garde à vue, j’ai rapporté aux policiers les motivations personnelles de Bin Hammam, opposé aux dérives de la gouvernance monarchique du président de la Fifa, Blatter. J’étais à ses yeux une victime collatérale du système et c’est à ce titre qu’il a décidé me soutenir ».

Reynald Temarii qui indique avoir « confirmé » ses déclarations « formulées avec constance depuis 2010 » : « Je n’ai pas monnayé mes décisions. (…) J’ai pris ma décision avant ma suspension prononcée par la Fifa le 20 octobre 2010 à partir d’un processus de décision validé par l’OFC, transparent, collégial et étayé par des critères de choix objectifs, et pendant ma suspension, sur les conseils de mon avocate, Me Lesieur. (…) Je n’ai jamais eu l’intention de voter ni pour la Qatar comme pays hôte de la Coupe du monde, ni pour M. Bin Hammam, candidat à la présidence de la Fifa en 2011 ».

L’ancien membre du comité exécutif de la Fifa affirme que l’aide financière accordée par l’ancien président de la confédération asiatique de football, Mohamed Bin Hammam, « a été validée par (son) avocate après avoir établi qu’il n’y aurai rien en contrepartie ». Il indique avoir invité publiquement les présidents des fédérations océaniennes de football à voter contre Mohamed Bin Hammam en janvier 2011 pour la présidence de la Fifa. « Quelques jours plus tard, au mois de février 2011, M. Bin Hammam a payé malgré tout mes avocats ». Reynald Temarii qui conclut en indiquant que « des documents et déclarations étayent (ses) affirmations », avant de terminer : « J’attends donc avec sérénité les conclusions de l’enquête de police ».

Article précedent

Un accident mortel de plongée à Rangiroa à la barre

Article suivant

Johnny Hallyday, un amoureux de Tahiti s’en est allé

3 Commentaires

  1. FAAITOITO
    6 décembre 2017 à 6h56 — Répondre

    BRAVO TEMARII, tu as bien expliqué le comment du pourquoi …

    FAAITOITO pour la suite

  2. KACH
    6 décembre 2017 à 11h15 — Répondre

    le film…….. ?????caméra cachée ……???

  3. PAVLOVA
    7 décembre 2017 à 6h11 — Répondre

    Quelle honte ce gars la pour notre Fenua…et meme les doigts dans le pot de confitures il continue a nous mentir avec son cirque, mais il nous prend pour des imbeciles. Moi je cherche une bonne ame charitable qui pourrait me filer 40 millions comme ca juste pour jouer…sans rien me demander rien du tout !!!

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

« Je n’ai pas monnayé mes décisions »