ACTUS LOCALESPOLITIQUE

La liste #HereFenua de Sandras, Manutahi et Garbet

Selon les informations recueillies par Radio 1, la future liste #HereFenua menée par Bruno Sandras et soutenue notamment Teiva Manutahi, Heimana Garbet, Natacha Helme et Clarenntz Vernaudon, va officialiser sa constitution en vue des prochaines territoriales lors d’un meeting mercredi soir à Vaitupa organisé par le collectif #FenuaFirst créé pour l’occasion.

Après de longs mois de tractations, les listes « alternatives » aux trois grands partis Tapura, Tahoeraa et Tavini partiront visiblement divisées aux prochaines territoriales. Après les déclarations de candidature de Marcel Tuihani, puis de Tauhiti Nena et Jacky Bryant ce weekend, une « plate-forme politique » plus large devrait officialiser sa constitution cette semaine. Selon les informations de Radio 1, la future liste devrait se nommer #HereFenua, même si le nom doit encore être validé, et sera menée par l’ancien député-maire de Papara, Bruno Sandras, également tête de liste sur la section 2 (Mahina, Hitiaa o te ra, Taiarapu Est et Ouest, Teva i uta, Papara et Paea).

Parmi les personnalités politiques de la liste, on retrouve l’ancien quatrième homme des territoriales de 2013 avec Porinetia Ora, Teiva Manutahi, qui devrait prendre la tête de la section 3 (Faa’a, Punaauia), mais aussi le référent de la branche polynésienne du mouvement En Marche !, Heimana Garbet, la porte-parole du mouvement, Natacha Helme, ou encore l’ancien maire de Taiarapu Ouest, Clarenntz Vernaudon, même si ce dernier devrait rester un soutien actif sans se présenter sur la liste en raison de son implication dans l’affaire « Pageau » qui doit être jugée courant 2018.

En interne à #HereFenua, on affirme également que la liste est soutenue par « des chefs d’entreprises » et que des tractations se poursuivent avec « plusieurs élus municipaux » et « même des tavana ».

La branche locale d’En Marche ! à l’initiative

La plate-forme, qui devrait se dévoiler officiellement mercredi soir à Vaitupa lors d’un meeting organisé par le collectif #FenaFirst, est en fait principalement issue de la branche locale d’En Marche ! et de ses adhérents. Début décembre, une trentaine de ses membres avaient d’ailleurs rencontré Edouard Fritch pour tenter d’intégrer la liste Tapura au nom du parti national. Devant le refus du leader du Tapura, le groupe a mené ses tractations et perdu quelques personnalités en route.

Tauhiti Nena a d’abord fait le choix de partir seul avec Heiura-Les Verts. D’où les récentes oppositions avec Heimana Garbet pour savoir qui est le représentant d’En Marche !. L’ex-Tahoeraa, Gilda Vaiho-Faatoa, a également quitté la plate-forme. Enfin des discussions ont été menées entre #HereFenua et Marcel Tuihani, mais ce dernier a décliné l’offre et souhaité se lancer en tant que tête de sa propre liste.

Reste que le gros problème de ces « petites listes » est la barrière des 12,5% des voix pour atteindre le second tour. On peut donc encore légitimement s’attendre à des mouvements et rassemblements avant le dépôt des listes prévu entre les 12 et 26 mars.

Article précedent

Un piéton meurt en tentant de traverser la RDO

Article suivant

Ces machines qui remplacent des humains, à Tahiti aussi ! - Edito 22/01/2018

7 Commentaires

  1. vetea
    22 janvier 2018 à 18h00 — Répondre

    j’ai voté Macron au 1er et 2nde tour pour un renouvellement des hommes et pratique politique. ici on est encore dans l’ancien monde avec un condamné comme t^te de liste, une girouette en la personne de teiva manutahi, des revenants style natacha helme et tous les autres qui n’ont pas eu leur sucette dans les autres partis politiques ou qui se réclament d’en marche après avoir mangé à bien de râtelier sir Nena passant du tavini en soutien à lemaire. décevant m Garbet . Jeune en politique mais déjà tous les travers d’un politicien local Pathétique tout cela..il me ne reste plus que l’abstention.

  2. Secretariat general
    22 janvier 2018 à 21h13 — Répondre

    Il est difficile de transposer ce qu’a fait emmanuel macron en polynesie
    Mais rassurez sur deux points les nouvelles tete issues de la societe civile seront bien presente qd au condamne dont vouśparle les tribunaux ont annules les jugements …

    • 23 janvier 2018 à 8h51 — Répondre

      Bonjour, les condamnations dans l’affaire des emplois fictifs n’ont pas été annulées par les tribunaux. Certains condamnés ont uniquement obtenu que cette condamnation soit retirée de leur casier judiciaire pour des raisons professionnelles.

    • vetea
      24 janvier 2018 à 6h28 — Répondre

      avec ce genre de réflexion, on veut surtout que rien ne change.

  3. MATA
    23 janvier 2018 à 11h51 — Répondre

    Le rédacteur a bien fait de mettre « alternatives » entre guillemets car il n’y a aucune alternatives à venir hormis des anciens condamnés ou vendus. Quel honte pour le mouvement en marche sachant qu’il est à l’initiative de la moralisation de la vie publique. Allez on se voit au second tour pour voir qui a du avaler les plus grosses couleuvres.

  4. PAVLOVA
    26 janvier 2018 à 17h48 — Répondre

    Rappellez-vous le fameux western des annees 1970… « le Bon, la Brute, et le Truand » on a de nouveau un remake a la sauce polynesienne « le Looser, le Reveur, et le Menteur »….y a encore de l’avenir dans la classe politique locale dite des « alternatives »….oui mais a la betise humaine, quelle bande de has been !!!!

  5. HIRINAKE
    29 janvier 2018 à 14h32 — Répondre

    Regardez deja d’ou viennent a l’origine ces trois Has Been…du Tahoeraa Huiraatia ! Des bons enfants faamu de Gaston Flosse chez qui d’ailleurs ils n’hesiteront pas a y retourner le moment opportun venu….et ca se permet de parler « d’alternative » on se demande de quoi d’ailleurs ?

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La liste #HereFenua de Sandras, Manutahi et Garbet