ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Le CA saisi sur l’indemnité de départ de Régis Chang

L’indemnité de 10,8 millions Fcfp de l’ancien directeur de la Caisse de prévoyance sociale (CPS), Régis Chang, continue de faire des remous au sein de la Caisse. Après la réunion en urgence d’un bureau du CA mardi après-midi sur ce point, le conseil d’administration du 6 juin prochain sera consacré à cette indemnité pour dégager une « décision collégiale » sur ce dossier.

Après les révélations de Radio 1 vendredi dernier, le bureau du conseil d’administration de la Caisse de prévoyance sociale (CPS) s’est réuni mardi après-midi pour débattre de l’indemnité de départ « de 10,8 millions de Fcfp » accordée à l’ancien directeur, Régis Chang. Le bureau du CA a conclu au « manque de transparence » sur ce dossier et décidé de mettre ce sujet à la connaissance de tous ses membres. « Pour qu’il y ait une transparence, on va débattre sur ce sujet et ce sera ensuite la majorité des voix qui l’emportera », confirme une source au sein du CA qui poursuit : « Ce n’est pas sûr qu’au final Régis Chang touche son indemnité ».

Rappelons que pour toucher cette indemnité, un avenant au contrat de Régis Chang avait été signé par l’ancien administrateur provisoire, Yves Laugrost, juste avant le départ du directeur pour la Socredo. Le syndicaliste et vice-président du CA de la CPS, Ronald Terorotua, s’était insurgé contre cette décision prise en catimini. Et toute la question tourne aujourd’hui autour des conditions du départ de Régis Chang. L’intéressé affirme avoir été « révoqué » par le conseil des ministre et avoir droit à cette indemnité, alors que son arrêté de fin de fonction évoque un départ de la Caisse « à sa demande » qui l’empêcherait de toucher ces 10,8 millions de Fcfp.

Article précedent

Grève des cantines : Evans Haumani débouté en référé

Article suivant

Pêche sous-marine : Les Raromata’i se préparent pour le championnat de Polynésie 2017

10 Commentaires

  1. Hirinake
    11 mai 2017 à 21h48 — Répondre

    Et pourtant on le classait parmi les integres de notre societe…c’est navrant, desolant alors que la CPS n’a plus d’argent pour la sante des defavorises sociaux et on claque 10 millions de fcp comme si de rien n’etait. C’est TRISTE et PATHETIQUE. surtout que le nomine ne sera pas au chomage puisqu’il retrouvera le meme salaire mirobolant a la Banque Socredo.

  2. Teina
    12 mai 2017 à 6h08 — Répondre

    Pourquoi s’acharner contre Régis? Peut être qu’il n’est pas en phase avec Maiana Bambridge directrice de cabinet de Dr Raynal mais surtout ancienne directrice de la CPS. Le personnel de la CPS n’en a pas gardé un souvenir inoubliable de son passage.

  3. 12 mai 2017 à 6h17 — Répondre

    Yves Laugrost devrait s’expliquer sur cet avenant signé en catimini et qui consiste à piocher dans la poche des cotisants pour amadouer la victime d’un tour de passe passe de la Présidence pour place le copain à Frtich ? Le pouvoir d’achat s’effondre, le chômage explose, les cotisations et autres taxes flambent et les magouilleurs se remplissent encore plus les poches. Y a de quoi mettre le feu aux poudres. …

    • 12 mai 2017 à 8h39 — Répondre

      Petite précision, le chômage est en baisse constante depuis trois ans.

      • Tiare 1
        12 mai 2017 à 10h28 — Répondre

        Le chômage en baisse est-ce qu’on comptabilise les CEAE, les créateurs d’entreprises qui font des emprunts à l’ADIE? Pour ces derniers il n’est pas dit qu’ils ne mettront pas la clé sous la porte au bout de X temps, car porteurs de projets pas viables. Les gros investisseurs locaux qui bénéficient de la défiscalisation, (cadeau donc et non emprunts), dans l’hôtellerie pour prendre un exemple, finissent par vendre à des étrangers leurs hôtels ou carrément les fermer.

        • 12 mai 2017 à 11h22 — Répondre

          Si vous avez d’autres chiffres que ceux de l’ISPF, nous sommes évidemment preneurs. Malheureusement, nous n’avons que cet indicateur qui montre objectivement une tendance largement baissière du chômage depuis 2014.

          • 15 mai 2017 à 5h35

            Chaque gouvernement a sa lecture des chiffres et il y a des filtres mais l’ISPF quel que soit le gouvernement délivre des stats d’après ces critères. Il est difficile d’avoir d’autres sources car elles sont parcellaires. Alors soit, d’après l’ISPF le chômage baisse mais la réalité autour de soi ne donne pas cette impression, mais c’est largement empirique et non scientifique.

  4. Iritahua
    12 mai 2017 à 6h39 — Répondre

    Des pourritures qu’est qu’il y en a sur le territoire de la Polynésie, surtout ce dernier, un élève d’Armelle une des élèves du Tahoeraa, une sacrée brochette de réputation. Ils sont là pour soutirer les fonds des cotisants, lui même cotise seulement la branche A, le reste ailleurs comme nos chers représentants. Bravo à Ronald.

  5. simone grand
    12 mai 2017 à 7h37 — Répondre

    La Caisse n’est-elle pas déficitaire?

  6. Tiare 1
    12 mai 2017 à 9h10 — Répondre

    Ils font fort à la CPS, pour se sucrer financièrement sur le dos des plus pauvres, pour rappel la 1ère loi votée par le Pays, loi anti fraudeurs aux RSPF, qui a plongé de nombreuses familles dans une misère encore plus profonde. Aujourd’hui, les conditions pour accéder au RSPF n’ont pas changé, on comptabilise pour combien on mange, si on bénéficie de voyages, voiture (même si on a un tacot) etc..cela bien qu’ on soit sans emploi et qu’on ne bénéficie que d’une aide familiale pour vivre. Mais être dans cette situation, c’est faire partie au regard de nos politiques, des privilégiés. Il n’est pas bon d’être pauvre en Polynésie ou chômeur (mot utilisé par les nantis « hupehupe »).Même pas un minima pour vivre.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le CA saisi sur l’indemnité de départ de Régis Chang