ACTUS LOCALESHIGH-TECH

Le CESC rêve toujours du câble Chine-Chili

© CESC

Alors que le gouvernement Fritch vient de s’entendre avec nos voisins polynésiens pour construire le câble sous-marin Manatua, les membres du CESC demandent la réalisation d’un autre câble, qui irait du Chili à la Chine.

C’est un vieux projet que les membres du CESC ont ressorti des cartons, ce mardi matin, alors qu’ils discutaient du schéma directeur d’aménagement numérique de la Polynésie française (SDAN) : la construction d’un câble Amérique du Sud – Asie via Tahiti. Pour le CESC, cette liaison internationale contribuerait à « faire de la Polynésie française un hub international ». « Ça nous permettrait de nous enrichir », estime Patrick Galenon, le secrétaire-général de la CSTP-FO. Et même si le SDAN a été approuvé à la quasi-unanimité (34 pour, 1 abstention), les membres du CESC critiquent l’absence de ce projet de câble dans le texte, comme le souligne l’un des rapporteurs, Patrick Bagur, du Medef Polynésie.

Même s’il n’est pas question de ce câble Chine-Chili dans le schéma directeur d’aménagement numérique, Jean-Christophe Bouissou, le ministre en charge du Numérique, affirme que le projet est toujours d’actualité.

La concrétisation d’un tel projet semble toutefois encore lointaine. Il en a été question il y a un an lors d’un voyage officiel en Chine, indique le ministre en charge du Numérique. Jean-Christophe Bouissou rappelle aussi que des discussions ont été menées avec les autorités chiliennes « il y a quelques années ». Pour le moment, les trois pays ne sont donc pas tombés d’accord. « Ça prend, c’est vrai, un peu de temps », admet le ministre, qui se tourne vers la France : « Ces constructions sont assez difficiles en raison de la complexité des relations internationales, et c’est là où la France peut nous amener sa contribution. »

Article précedent

Les saveurs locales s’exposent au Lycée hôtelier

Article suivant

L'Etat débloque les 358 millions du RSPF

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le CESC rêve toujours du câble Chine-Chili