ACTUS LOCALESPOLITIQUETERRITORIALES 2018

Le Tahoeraa au point mort

© Nicolas Perez

Le Tahoeraa huiraatira avait bien fait le plein au premier tour des territoriales. Le parti orange n’a gagné que 852 voix entre les deux tours, contre plus de 5 400 pour le Tavini et près de 13 000 pour le Tapura. Le parti orange passe de 14 à 11 sièges à Tarahoi. Son président, Gaston Flosse, annonce des recours contre les élections et se tourne déjà vers les municipales de 2020 en redoublant d’attaque contre ses deux cibles : le Tapura et l’Etat.

De 62 340 voix en 2013, le Tahoeraa est tombé à 37 606 suffrages au second tour des territoriales en 2018. Le parti orange a surtout confirmé dimanche qu’il n’avait pas de réserves de voix après avoir fortement mobilisé au premier tour. Alors que le Tapura a progressé de 12 930 voix et le Tavini de 5 466 voix entre deux tours, le parti de Gaston Flosse a plafonné en ne récupérant que 852 voix en  quinze jours.

Pire, le parti orange a perdu dimanche les communes de Moorea-Maiao, Taiarapu Ouest, Anaa, Napuka, Pukapuka et Tatakoto. Le Tahoeraa est uniquement resté en tête chez Fernand Tahiata à Tubuai, chez Woullingson Raufauore à Maupiti, ou encore à Rapa, Tahuata et Ua Pou.

Le groupe Tahoeraa passe donc de 14 à 11 élus à l’assemblée. Gaston Flosse fait entrer à Tarahoi les deux syndicalistes Angélo Frébault et Vaitea Legayic, le journaliste James Heaux et bien sûr sa tête de liste Geffry Salmon. Exit Loïs Salmon, Jean Temauri, Michel Leboucher, Sandra Levy-Agami, Evans Haumani ou encore Elise Vanaa…

Gaston Flosse annonce des recours contre l’élection

Edouard Fritch n’aura « pas de félicitations » de Gaston Flosse. Le leader du Tahoeraa a repris son discours de campagne en accusant Edouard Fritch d’avoir « distribué » les moyens du Pays pour « acheter » ses électeurs. Le leader du Tahoeraa annonce d’ailleurs des recours contre les élections territoriales, même s’il dit ne pas être « confiant » sur leur devenir, puisque selon lui Edouard Fritch est « toujours protégé par l’Etat ».

Gaston Flosse se tourne maintenant vers les municipales de 2020. Il refuse d’annoncer s’il sera candidat sur Pirae, mais cible ses deux adversaires : le Tapura et l’Etat.

Article précedent

Le Tavini très fort à Faa’a, trop faible dans les îles

Article suivant

« Il faut essayer de travailler ensemble »

15 Commentaires

  1. Céline Vaiselle
    7 mai 2018 à 8h59 — Répondre

    Gaston Flosse est mort; il est le seul à ne pas s’en être rendu compte ….

    • Doc
      7 mai 2018 à 11h06 — Répondre

      Ha ha ha !!! 6ème sens !!!

  2. Warning sign
    7 mai 2018 à 9h10 — Répondre

    Non seulement le Tahoeraa a plafonné mais en réalité l’avenir s’annonce sombre pour les municipales car sur les grosses communes des quartiers entiers ont désormais plus de tavini que de Tahoeraa. Le phénomène ne peut que s’aggraver car le parti orange a perdu la face et toute crédibilité.

  3. HEITA
    7 mai 2018 à 10h03 — Répondre

    Tapura :

    1ère section des îles du Vent : 8 sièges

    Edouard Fritch
    Nicole Bouteau
    Michel Buillard
    Sylvana Puhetini
    Philip Schyle
    Virginie Bruant
    John Toromona
    Romilda Tahiata
    2ème section des îles du Vent : 9 sièges

    Nicole Sanquer
    Jacquie Graffe
    Béatrice Lucas
    Henri Flohr
    Tepuaraurii Teriitahi
    Putai Taae
    Juliette Matehau
    Tearii Alpha
    Tapeta Tetopata
    3ème section des îles du Vent : 7 sièges

    Rony Tumahai
    Isabelle Sachet
    Teva Rohfritsch
    Teura Tarahu
    Jean-Christophe Bouissou
    Dylma Aro
    Nuihau Laurey
    Section des îles Sous-le-vent : 6 sièges

    Gaston Tong Sang
    Lana Tetuanui
    Marcelin Lisan
    Patricia Amrau
    Thomas Moutame
    Augustine Tuuhia
    Section des Tuamotu de l’Ouest : 2 sièges

    Teapehu Teahe
    Teina Maraeura
    Section des îles Gambier et des Tuamotu de l’Est : 2 sièges

    Félix Tokoragi
    Joséphine Teapiki
    Section des îles Marquises : 2 sièges

    Joëlle Frébault
    Benoit Kautai
    Section des îles Australes : 2 sièges

    Frédéric Riveta
    Louisa Tahuhuterani

    Tahoeraa :

    1ère section des îles du Vent : 3 sièges

    Vaiata Friedman
    Angélo Frébault
    Vaitea Legayic
    2ème section des îles du Vent : 2 sièges

    Teura Iriti
    James Heaux
    3ème section des îles du Vent : 1 siège

    Geffry Salmon
    Section des îles Sous-le-vent : 1 siège

    Sylviane Terooatea
    Section des Tuamotu de l’Ouest : 1 siège

    Bernard Natua
    Section des îles Gambier et des Tuamotu de l’Est : 1 siège

    Yseult Butcher
    Section des îles Marquises : 1 siège

    Etienne Tehaamoana
    Section des îles Australes : 1 siège

    Fernand Tahiata

    Tavini :

    1ère section des îles du Vent : 2 sièges

    Minarii Galenon
    Richard Tuheiava
    2ème section des îles du Vent : 2 sièges

    Tony Géros
    Valentina Cross
    3ème section des îles du Vent : 3 sièges

    Oscar Temaru
    Eliane Tevahitua
    Moetai Brotherson
    Section des îles Sous-le-vent : 1 siège

    Teumere Atger
    Section des Tuamotu de l’Ouest : 0 siège

    Section des îles Gambier et des Tuamotu de l’Est : 0 siège

    Section des îles Marquises : 0 siège

    Section des îles Australes : 0 siège

  4. Hina
    7 mai 2018 à 10h27 — Répondre

    La grosse erreur c’est d’avoir pris bruno Sandras , plus personne n’en veut et surtout son ex commune Papara et Les deux syndicalistes qui ne travaillent que pour eux

    • HEREITI
      7 mai 2018 à 10h58 — Répondre

      Exactement il ne fallait pas prendre SANDRAS pppffff …

      Joli le coup de FREBOULE et LEGAYIC pppfff malheureusement tout 2 sièges à l’APF …

  5. Teriivaea
    7 mai 2018 à 10h28 — Répondre

    Bien sur que l’Etat est et a toujours été partial lors d’élections locales en Polynésie. Flosse dit aujourd’hui que cela est insupportable. Le problème c’est que cette, pourtant parfaite, vérité est inaudible pour la population lorsqu’elle est exprimée par quelqu’un qui précisément a fait toute sa carrière politique sur cette partialité qui auparavant tournait à son avantage.

    • HANAITI
      7 mai 2018 à 10h53 — Répondre

      @TERIIVAEA

      Entièrement d’accord avec tes propos …

  6. roux
    7 mai 2018 à 14h03 — Répondre

    ah des nouvelles tetes …dans le paysage orange …james Heaux par exemple…super orateur…

  7. Noelle
    7 mai 2018 à 15h04 — Répondre

    @ hina
    Oui 30 ans de Tahoeraa et quand j’ai vu Sandras sur la liste direct tapura et je suis de Papara

  8. DOUBLEL
    7 mai 2018 à 16h55 — Répondre

    >> ROUX : James Heaux super orateur, oui, mais dommage qu’il devienne la marionnette du vieux…

    • Tahi
      8 mai 2018 à 5h34 — Répondre

      EXACTLY.
      UNE EXCELLENTE MAGRIONETTE.

  9. MATA
    7 mai 2018 à 18h29 — Répondre

    Après les législatives, après les territoriales et prochainement les communales, il ne comprend pas que la sentence du peuple est irrévocable? Prêt à couler son parti!!! Si ça c’est pas la plus belle preuve d’égoïsme pur et simple. Dommage pour james heaux qui aurait pu, de par son statut public, incarner une nouvelle génération de politicien et pourquoi monter son parti…on dira à chacun ses convictions.

  10. Hirinake
    7 mai 2018 à 20h46 — Répondre

    James HEAUX….pauvre jeune homme a ton jeune age te faire rouler dans la farine par l’Homme politique francais le plus corrompu de la Nation, on te plaint car a partir de maintenant tu n’auras qu’un seul droit, celui de te la fermer ! Y a que ce vieux orgueilleux qui decide au Tahuareraa.

  11. VILLIERME Francis
    8 mai 2018 à 23h11 — Répondre

    Les deux vieux auront tout le temps de bien s’entendre et de bien combiner pour les municipales … ils le feront car c’est vital pour leur parti …

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le Tahoeraa au point mort