ACTUS LOCALESPEOPLEPOLITIQUE

Le Washington Post rend hommage aux perles noires et aux femmes qui les portent

Sous le titre, « Le message des perles noires de Kamala Harris » le quotidien américain Washington Post s’est livré à une véritable ode à la perle noire de Tahiti. Dans cet article le média fait le parallèle entre la difficulté des perles noires à faire leur place chez les bijoutiers, habitués aux perles blanches, et les difficultés des femmes qui aspirent à de hautes fonctions politiques à se faire une place. Pour le quotidien, là où les perles blanches disent : « J’écoute », les perles noires disent : « Je parle ».

Pour le Washington Post, « les perles noires de Kamala D. Harris ressemblent à des piles à combustible, l’alimentant lors de la campagne électorale de ses apparitions dans les médias et lors des audiences de la commission. » Et de détailler : « Elle portait des perles lorsqu’elle a prêté serment au Sénat, (…) elle les a portées lors du lancement de sa campagne présidentielle en janvier 2019, lors du débat présidentiel à Detroit, puis lors de son retour en campagne avec Joe Biden l’année suivante. Elle les a portées lors de son premier discours au Sénat en février 2017 et pour honorer la juge Ruth Bader Ginsburg en tant que première femme dont la dépouille a été exposée au Capitole. Ces petits globes de lumière communiquent de nombreux messages historiques : la pureté et l’innocence, mais aussi la sagesse, l’ambition et l’incorruptibilité. »

« Plus dures que les perles blanches, les perles noires signalent l’esprit de combat »

Selon le quotidien, « plus dures que les perles blanches, les perles noires signalent l’esprit de combat que la vice-présidente élue attribue à sa mère. L’histoire des perles noires, la façon dont elles ont gagné l’estime malgré des siècles de préjugés en faveur des perles blanches est une histoire partagée par les femmes – surtout celles de couleur – qui aspirent à de hautes fonctions politiques. Les iconoclastes qui brisent les stéréotypes et les plafonds de verre portent des perles noires pour une raison. »

« Les perles noires sont devenues un fier symbole de différence »

Le journaliste fait un bref résumé de l’histoire de la perle noire, de sa découverte à son exploitation. « Pendant la majeure partie de l’histoire de l’humanité, les perles noires ont été aussi absentes que le vote féminin. Les perles blanches étaient la norme souhaitable pour les bijoux et les parures. (…) Les perles noires ont eu du mal à trouver des acquéreurs. Les gens se méfiaient de leurs origines et de la complexité de leur couleur, qui oscillait entre le noir, l’argent et le vert de mer. Aucun bijoutier ne voulait les promouvoir. Si dans les années soixante, l’attrait de la nouveauté et de l’exotisme a déclenché la tendance des perles noires, elles sont devenues par la suite un fier symbole de différence. Les perles noires, décrites comme « la perle renégate, le contraire du bijou de société stéréotypé », seront toujours « autres » que les perles blanches. Elles revendiquent leur espace, tout comme leurs porteurs. »

En conclusion, le Washington Post assure, « lorsque des femmes de couleur comme Harris, Michelle Obama ou Susan E. Rice portent des perles noires, leurs bijoux ne sont pas seulement à la mode mais incarnent l’histoire des perles. Les perles noires soulignent le bouleversement et les préjugés défaits. Là où les perles blanches disent : « J’écoute », les perles noires disent : « Je parle ». »

 

Article précedent

Recette du jour : Crème au lait d'amande et à la framboise

Article suivant

Les litchis des Australes débarquent à Tahiti

1 Commentaire

  1. Simone Lintilhac
    7 décembre 2020 à 12h21 — Répondre

    Je m’appelle Simone Lintilhac, je porte des perles noires tous les jours .Mon mari , célèbre chirurgien de chirurgie plastique et moi, avons ouvert une ferme  » Royal Tahitien Perles  » à Mahihi,en I980 et avons vendu nos perles au Japon, très friends des perles noires. Il y a peu de temps, malgré mes 96 ans, j’ai donné , avec plaisir, une conférence sur les Perles Noires de Tahiti , pour mon association des Fançais à l’étranger, à Los Angeles ou je réside .
    Mon E-mail [email protected]

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le Washington Post rend hommage aux perles noires et aux femmes qui les portent