ACTUS LOCALESCOMMUNESMUNICIPALES

Municipales : Gaston Flosse veut « faire tout ce qui n’a pas été fait à Papeete »

©CP/Radio1

« On va se voir plus souvent », disait ce matin Gaston Flosse aux employés de mairie qui venaient le saluer. Le président du Tahoeraa huiraatira était ce matin à 9 heures à la mairie de Papeete pour s’inscrire sur les listes électorales, avec l’objectif affiché de se présenter aux élections municipales de mars prochain. Il conduira une liste d’union nommée Amuitahira’a, composée avec le Tavini, le Here Ai’a et Ia Hau Noa.

Il a donc, dit-il, loué un studio à Papeete, à son propre parti, depuis le 1er aout dernier, de façon à respecter  l’obligation de résidence de 6 mois minimum avant la date butoir du 28 février 2020. Les services de la mairie lui ont remis son récépissé, et ont 5 jours pour lui signifier leur réponse. Il a tout prévu. Si jamais la réponse du maire était négative, dit-il, « j’aurais un recours devant la commission électorale de Papeete, et si la commission d’habitude suit le maire, mais cependant il y a quand même un représentant de l’État et un magistrat qui participent à la commission, alors on verra. Mais si c’est refusé, j’irai au tribunal. » Bien décidé à se présenter au poste de tavana, et fort de six mois de visites des quartiers de la ville, « je commence à connaître le vrai Papeete, dit-il, il faut voir dans quelles conditions vivent ces populations, c’est effarant (…) et c’est comme ça que j’ai décidé de me présenter à Papeete ».

Et Gaston Flosse explique sa motivation pour changer de commune. Pirae, sa commune historique, n’est pas un challenge assez excitant : « Faire de l’entretien, ce n’est pas mon genre. Moi je veux foncer, je veux bâtir. »

Il confirme, comme on s’y attendait depuis plusieurs mois, la création de la liste Amuitahira’a, une liste d’union avec le Here Ai’a, le Ia Hau Noa de Bruno Sandras, et le Tavini. Mardi soir, dit-il,  le comité du Tavini de Papeete présidé par Chantal Galenon l’avait invité à répondre à leurs questions, et a ensuite voté quasiment  à l’unanimité l’union avec Gaston Flosse.

 

Le président du Tahoeraa se dit confiant dans la capacité de mobilisation du Tahoeraa et de ses fédérations à Papeete, « alors c’est vrai que nous ne distribuons pas de vélos, nous ne distribuons pas encore de cartons de poulet congelé, nous n’avons pas de CAE, mais avec nos moyens, avec l’idée de vraiment servir la population, et nous réaliserons ce que nous aurons promis. »

Quant à savoir si Gaston Flosse prévoit pour 2023 une reconquête du pouvoir via la mairie, comme son ami Jacques Chirac en son temps, il répond « il n’y a que le bon Dieu qui sait si je serai encore là, mais j’ai un peu d’espoir parce que mon père est mort à 95 ans. Gagnons d’abord les municipales, et après nous verrons ». Le bon Dieu, mais avant lui la cour d’appel qui doit statuer sur sa condamnation à 3 ans d’inéligibilité, prononcée en juin dernier dans l’affaire de la citerne d’Erima.

©CP/Radio1

Article précedent

Un match serré contre les Cagous

Article suivant

Questions pour un Gaston - Edito 06/12/2019

1 Commentaire

  1. MATA
    6 décembre 2019 à 14h01 — Répondre

    En même temps one ne veut plus de lui sur pirae, pourquoi se casserait-il encore les dents sur une commune perdue à jamais? Espérons que les électeurs de ppt élirons leurs candidats sur la base de leurs bilans…celui de flosse est digne de notre classement au rang des pays les plus corrompus. Mensonges pour que l’on se prenne des bombes nucléaires sur la tronche, magouilles vu toutes ses affaires judiciaires en cours et intérêt personnel vu l’enrichissement sur sa période règne en tant que monarque de « coconut island ». Papi arrête, un peu de dignité personnelle au moins pour les tiens. allez bon vote

Laisser un commentaire

PARTAGER

Municipales : Gaston Flosse veut « faire tout ce qui n’a pas été fait à Papeete »