ACTUS LOCALESECONOMIE

Plus de 12 millions de prix pour des projets numériques

© DGEN

Un « gros coup d’accélérateur » est donné en faveur des initiatives digitales, en ce moment, en Polynésie française. Dernière illustration : le lancement du deuxième concours pour l’innovation numérique. Les porteurs de projet ont jusqu’au 23 juin pour déposer leur dossier et espérer gagner jusqu’à 3,5 millions de Fcfp.

C’est un signe que le secteur est porteur : l’an passé, sur les 120 dossiers présentés dans le cadre du concours de création et développement économique des entreprises, 54 concernaient le numérique. De quoi encourager les acteurs publics à renouveler leur aide et même « intervenir de manière différente au travers d’un concours orienté innovation digitale », précise Karl Tefaatau, le directeur de la Direction générale de l’économie numérique (DGEN). Le concours est donc relancé cette année, uniquement pour les projets numériques qui peuvent relever de thématiques très diverses : santé, paiement, environnement, tourisme, mobilité en ville… Sur quels critères les candidats seront-ils jugés ? La crédibilité du porteur de projet et la pertinence des objectifs commerciaux sont deux aspects cités par le directeur de la DGEN, qui fait partie du jury avec le ministre en charge du numérique, Jean-Christophe Bouissou, la Sofidep, le service informatique de la Polynésie française, l’organisation des professionnels de l’économie numérique (Open) et le délégué à la recherche et aux technologies de l’État. Pour  Karl Tefaatau, l’élément clé, ce sera l’emploi.

C’est l’ambition de Vanessa Pheron, créatrice de la plateforme de commerce en ligne Fenua Market. Elle a remporté un prix spécial du gouvernement, qui lui permet maintenant de voir plus loin, de continuer à développer son site de vente de produits d’artisanat polynésien. La jeune entrepreneure cherche à recruter une personne à Tahiti pour s’occuper des relations avec les artisans et lui permettre de se concentrer sur la stratégie et la communication. Comme elle, les autres lauréats du premier concours sont sur la bonne voie, d’après Karl Tefaatau.

Le directeur de la DGEN évoquait le Tahiti Digital Festival. On peut aussi parler du schéma directeur d’aménagement du numérique, qui sera bientôt soumis à l’assemblée de la Polynésie française, ou encore de l’incubateur PRISM, lancé par Christian Vanizette et la CCISM. Il y a un « gros coup d’accélérateur, un gros focus, cette année, sur les projets digitaux », se félicite Karl Tefaatau. Un sentiment partagé par Francis Pezet, chef du service informatique de la Polynésie française.

La commande publique peut accompagner la naissance de start-up à vocation de service public, dans le domaine de la santé, notamment, précise Francis Pezet. Mais il précise : « Il ne faut pas attendre tout de la collectivité ou du gouvernement… Il faut que l’écosystème se bâtisse et se fédère et c’est après que l’institutionnel apporte son aide. » Dix prix sont en jeu : le lauréat remportera 3,5 millions de Fcfp, le deuxième, 2,5 millions, le troisième, 1,5 million, puis six projets bénéficieront d’une subvention de 600 000 Fcfp et un prix spécial du gouvernement d’1 million sera décerné. Les dossiers de candidature sont à déposer avant le 23 juin. L’annonce des lauréats aura lieu le 18 août.

Article précedent

Les bureaux de vote ouverts de 8 à 19 heures samedi

Article suivant

L'administrateur d'Unis pour une électricité juste condamné en diffamation contre Nuihau Laurey

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Plus de 12 millions de prix pour des projets numériques