ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Territoriales : le Tavini prend la tête du Pays, Moetai Brotherson prépare son gouvernement

Le parti indépendantiste rassemble 44,3% des voix, signe la meilleure progression de l’entre deux tours (+ 21 150 voix) et emporte 38 des 57 sièges de l’assemblée. Les bleu ciel devraient faire élire à la présidence Moetai Brotherson, qui a annoncé dans la soirée plusieurs noms de ses futurs ministres. « Le peuple Maohi est conscient de son droit de souveraineté » a lancé Oscar Temaru depuis Faa’a. Le Tapura (38,5% des voix, 16 sièges) gagne plus de 18 000 voix dans l’entre deux tours, mais malgré l’alliance avec le Amuitahira’a reste à plus de 8000 voix du Tavini. Édouard Fritch a attribué la défaite à la division des autonomistes, et pointé la responsabilité de A Here ia Porinetia qui, avec 17,2% de vois devrait remporter 3 sièges dans la nouvelle assemblée.

La participation en hausse. Elle a atteint 69,96%, soit près de 10 points de plus qu’au premier tour et davantage aussi que lors du second tour 2018 (66,8%). Au total, 147181 électeurs se sont déplacés sur les 210374 inscrits. 1525 électeurs ont choisis de voter blanc (818) ou nul (707).

64 500 voix et jusqu’à 38 sièges pour le Tavini qui prend la tête du Pays. Victorieux à Papeete (42,6%, plus de 400 voix d’avance sur le Tapura), Moorea (50,9%), Papara (53,9%), Mahina (42,5%), Taiarapu-Est (49,9%), Hitiaa o Te Ra, Teva i Uta (46,2%), dans ses fiefs de Faa’a (63%) ou Paea (51,7%) mais aussi dans les îles, notamment à Uturoa (par une vingtaine de voix d’avance), Taputapuatea, Uturoa, Taha’a, Rangiroa, Raivavae, Rimatara, le Tavini a encore creusé l’écart sur le Tapura. Les bleu ciel, majoritaire aux îles du Vent et aux Raromatai, mais battus partout ailleurs, remportent tout de même 21150 voix de plus qu’au premier tour et 33170 de plus qu’en 2018, devrait se voir attribuer 38 des 57 sièges de l’assemblée grâce à la prime majoritaire. Ils devancent de plus de 8000 voix son principal concurrent, le Tapura.

56 100 voix et 16 sièges pour le Tapura, qui résiste dans plusieurs communes. Le parti du président sortant Édouard Fritch, allié au Amuitahira’a pour ce second tour, remporte la victoire à Pirae (49,8% des voix), passe de justesse à Arue (39,93% avec 74 voix d’avance sur les bleu) et s’impose d’un cheveu à Punaauia (37,9%, 8 voix d’avance sur le Tavini). Les rouge sont aussi devant dans les 6 communes des Marquises (56% des voix au global), trois des cinq communes des Australes (le Tapura est tout de même en tête dans l’archipel avec 49,5% des voix), l’essentiel des communes des Tuamotu… Les rouge pourraient conserver 16 sièges à l’assemblée, contre 38 en 2018. En 5 ans et malgré son alliance de dernière minute avec les orange, le parti au pouvoir a perdu plus de 10 000 voix, mais en conquiert tout de même 18200 dans l’entre deux tours.

25 000 voix mais seulement 3 sièges pour A here ia Porinetia. Avec un peu plus de 17,2% des voix, le jeune parti, dont c’était la première élection territoriale devrait obtenir trois élus à l’assemblée. Pas assez pour constituer un groupe, mais cette qualification au second tour, encore impensable voilà quelques mois permet aux verts de s’implanter durablement dans le paysage politique. Nicole Sanquer et Nuihau Laurey devraient être accompagnés par Teave Chaumette à Tarahoi. Félix Tokoragi n’est a priori pas élu.

 

Oscar Temaru s’exprime depuis Faa’a. « Le peuple Maohi est conscient de son droit de souveraineté, est conscient de son droit de propriété sur toutes les ressources de ce pays » a notamment lancé le tavana de Faa’a, largement victorieux dans sa commune.

Vanina Crolas, Jordy Chan, Rony Teriipaia, ou Éliane Tevahitua ministres. Ce sont les noms avancés par Moetai Brotherson sur le plateau de TNTV. L’actuelle secrétaire générale du Tavini devrait devenir entre autres ministre de la fonction publique. Jordy Chan, diplômé des Ponts et chaussées de 29 ans, et directeur adjoint du Port autonome devrait prendre le portefeuille de l’Équipement et des Grands Travaux, Rony Teriipaia, agrégé en reo Tahiti, deviendrait ministre de l’Éducation, Eliane Tevahitua est toujours promise à la vice-présidence et si les engagements de fin mars tiennent toujours aux portefeuilles de la Culture, la Recherche et l’Artisanat. Tony Géros devrait retrouver sa place de président de l’assemblée de la Polynésie française.

Édouard Fritch a reconnu la défaite depuis sa mairie de Pirae. Il a regretté la division des autonomistes, dont les partisans restent dans les urnes « largement majoritaires ». « Oscar Temaru pourra remercier Nuihau Laurey et Nicole Sanquer de lui avoir ouvert la route de la victoire et du pouvoir » a-t-il lancé. Le Tapura et le Amuitahira’a, sans fusionner, vont lancer une « plateforme autonomiste », déjà annoncée la semaine dernière, « qui respectera l’identité de chaque mouvement », « un front » destiné à lutter contre le projet indépendantiste. « Nous ne laisserons pas ce pays déraper, l’indépendance, ça n’est pas l’avenir de ce pays » a insisté Édouard Fritch.

« Moetai Brotherson c’est un menteur ». Gaston Flosse s’est à son tour exprimé depuis Pirae, accusant lui aussi Nuihau Laurey, Nicole Sanquer et A here ia Porinetia d’avoir enlevé la victoire au camp autonomiste en refusant un front anti-indépendance. Quant au Tavini, « ils ont gagné en mentant à la population », martèle le Vieux Lion, notamment sur la nature de ce projet d’accès à la pleine souveraineté, projet qui manquerait de clarté et de consensus au sein du parti indépendantiste. « Qui va diriger ce pays, Oscar, Moetai Ou Géros ? » a interrogé l’ancien président, inéligible car condamné pour détournement de fonds publics.

Nuihau Laurey a répété sur qu’il ne souhaitait pas faire partie d’un gouvernement Tavini et rejeté l’idée d’une responsabilité du mouvement qu’il mène avec Nicole Sanquer est responsable de la défaite autonomiste.

 

Article précedent

Deuxième tour : la participation toujours en hausse à 17 heures

Article suivant

La Polynésie va rentrer « dans un moment compliqué », dit Edouard Fritch

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Territoriales : le Tavini prend la tête du Pays, Moetai Brotherson prépare son gouvernement