ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Teva Rohfritsch : « c’est l’indépendance qui nous mènera à la mendicité »

Qualifié de « mendiant » par Oscar Temaru à propos l’aide de 477 millions de francs pour le Pacifique obtenue à Paris, le sénateur Teva Rohfritsch a dénoncé ce jeudi des propos « méprisants » et « dommageables ». « Nous avons fait notre job de parlementaires », explique-t-il, notant que certains des députés bleu ciel ont, eux, salué ce soutien.

Des « mendiants complices d’un gouvernement faible et avachi ».

avait étonné mardi. La raison de cette saillie : une aide de l’Etat de 477 millions de francs obtenue par Teva Rohfritsch et le groupe parlementaire macroniste au Sénat, et qui doit participer au financement de l’aide alimentaire dans le Pacifique. Pour le sénateur, la réaction d’Oscar Temaru est incompréhensible : « Je suis étonné et déçu. Nous ne faisons que notre job de parlementaires, a expliqué l’élu Tapura depuis Tarahoi ce jeudi. Ce job, c’est d’aller à chaque occasion parler de nos sujets polynésiens, de nos priorités et quand on le peut, c’est ce qui s’est passé, de décrocher des financements en soutien aux actions du Pays pour nos familles ». Les propos « méprisants », « dommageables » de l’ancien président – « je le respecte beaucoup, il fait partie de nos metua », précise Teva Rohfritsch – interrogent, dit-il et rappellent la « violence » et les « mots durs » de la politique des années Flosse. « Oscar Temaru dit que ceux qui ne pensent pas comme lui devraient avoir honte », relève le sénateur, pour qui la Polynésie « a au contraire besoin d’un débat serein ».

Le partenariat avec Paris plutôt que « la mendicité dans les couloirs de l’ONU' »

Ces 477 millions, explique Teva Rohfritsch, ce sont des « mesures d’urgence », un « appui » de l’État qui complètera l’action du gouvernement, qui prépare actuellement les conventions avec Paris pour utiliser la part de cette somme qui revient à la Polynésie « au mieux ». « Nous n’avons jamais dit que ça allait changer la face du monde, mais c’est un plus », explique le sénateur, qui note que la « virulence » de l’ancien président indépendantiste est très éloignée de « l’approche » des députés bleu ciel, dont Moetai Brotherson, qui a salué cet amendement juste après son vote sur sa page Facebook. Deux discours au sein du Tavini ? Un « changement de génération » et un « président à vie » qui, justement, ne veut pas changer ? En tout cas le sénateur répond d’un bloc au parti bleu ciel : ça n’est pas la pleine souveraineté « qui va aider les familles polynésiennes ». « L’indépendance nous amènera à la mendicité, je le pense et j’ai toujours été clair avec nos députés avec qui j’ai échangé et que j’ai eu plaisir à rencontrer, reprend l’élu autonomiste. L’indépendance demain, c’est la mendicité dans les couloirs de l’ONU, c’est aller taper aux portes d’autres puissances, que ce soit la Chine, pour qui Oscar Temaru a beaucoup d’admiration, la Russie, les États-Unis peut-être… Encore faut-il qu’ils aient envie de nous aider ».

Mardi, Oscar Temaru mais aussi Tony Géros avaient invité les sénateurs Tapura à collaborer avec les députés Tavini pour obtenir l’accès à la pleine souveraineté « devant les Nations-Unies ». « Mais combien l’ONU a donné aux familles polynésiennes ? Qu’est ce qu’on amené tous ces voyages à l’ONU ? » interroge le parlementaire. Pour Teva Rohfritsch, vu les tensions économiques comme politiques mondiales, les « défis à relever » au fenua, et malgré les défauts du statut d’autonomie « qu’il faut, c’est sûr, améliorer », la Polynésie a « de la chance » d’être au sein de la République.

 

Article précedent

Les patrons discutent qualité de vie au travail

Article suivant

Tendance Habitat 11/08/22 REDIFFUSION

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Teva Rohfritsch : « c’est l’indépendance qui nous mènera à la mendicité »