ACTUS LOCALESECONOMIE

Entretien avec Olivier Kressmann, le patron des patrons

Olivier Kressmann ©Cédric VALAX

Olivier Kressmann ©Cédric VALAX

Sans surprise, Olivier Kressmann a été élu jeudi soir à la tête du Medef Polynésie. Âgé de 52 ans, père de deux enfants, président directeur général d’Informatique de Tahiti, il nous a accordé un entretien au premier jour de son mandat.

Le nouveau patron des patrons succède à un emblématique Luc Tapeta. Un changement dans la continuité avec, en priorité, le suivi des dossiers importants que sont la réforme fiscale, la relance économique et la protection sociale généralisée, mais aussi le maintien du dialogue avec les syndicats de salariés. Un travail engagé par son prédécesseur.

Reste qu’il va devoir conjuguer sa vie professionnelle et ses nouvelles fonctions. « Un subtil mariage qu’il va falloir trouver« . Un mariage qui passera par plus d’anticipation des dossiers avec le renforcement du travail des commissions du Medef.

Le plan de redressement proposé par le Pays l’a été dans l’urgence, difficile d’anticiper donc. « Un démarrage un peu chaotique mal vécu« . Olivier Kressmann plaide donc pour un travail plus en concertation avec le Pays, « du gagnant-gagnant« .

Le lobbying. Pour Olivier Kressmann c’est une des clés fondamentales pour bien préparer les dossiers et porter plus efficacement la parole des entreprises dans le dialogue social.

Olivier Kressmann commence son mandat dans de meilleures conditions que son prédécesseur. Les bases de la politique gouvernementale sont lancées. Pour les entreprises, les premiers signes de relance sont là mais, si les investissements – en particulier chinois – sont les bien venus il faudra rester vigilant « sur le prix à payer« .

Des propos recueillis par Cédric Valax

Article précedent

Intempéries : Météo France place plusieurs zones sous vigilance

Article suivant

Menace sur les élections

1 Commentaire

  1. LaVérité
    14 mars 2014 à 22h14 — Répondre

    Je ne sais pas vous
    mais on m’a toujours appris
    à me méfier des beaux parleurs.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Entretien avec Olivier Kressmann, le patron des patrons