ACTUS LOCALESECONOMIETOURISME

Les associations de Moorea encore ouvertes au dialogue avec le groupe Wane

©Facebook Moorea Temae Plage

Le Collectif des associations sportives, culturelles et environnementales de Moorea a adressé une demande de rencontre au groupe Wane le premier septembre. Après le silence de la mairie et du Pays, les associations de Moorea (CASCEM) espèrent encore « un dialogue constructif » autour des projets immobiliers qui se profilent notamment à Tema’e, à défaut de quoi rien n’assure un climat social paisible sur l’île sœur, d’après leurs représentants. 

Le 18 juillet dernier, Polynésie la 1ère annonçait la signature d’un compromis de vente entre le groupe Wane et le propriétaire du domaine Enany. Depuis que le domaine Enany a été mis en vente en 2016, l’association des riverains du motu Tema’e n’a eu de cesse de manifester sont désir d’être impliquée dans le devenir de cette parcelle. Après les diverses demandes d’audience et lettres adressées à la commune restées sans réponse et les interpellations via les médias, le Collectif des associations sportives, culturelles et environnementales de Moorea (CASCEM) dont fait partie l’association des riverains de Temae a adressé le 1er septembre un courrier au groupe Wane « pour essayer de comprendre avant de lutter sans savoir » comme l’explique Dominique Leoture qui représente le collectif Moorea Avenir. Si la commune et la Pays sont silencieux, le groupe Wane avait confirmé l’information selon laquelle un projet hôtelier serait réalisé sur la parcelle dans la continuité du Sofitel racheté par le groupe l’an dernier. Le CASCEM espère en toute simplicité « discuter » et « que les nouveaux propriétaires de la plage leurs « présentent leurs projets, leur vision du développement de Moorea et qu’ils puissent écouter nos visions, celles des associations de Moorea, qui représentent la population. » Un échange civilisé avant que des « mouvements sociaux aveugles et destructeurs » n’apparaissent. C’est un appel à une attitude porteuse de valeurs alors que la situation tendue du Pays enflamme les détracteurs des autorités en place sur la toile, pour trouver « un consensus où chacun trouve son intérêt » conclut le courrier. Le groupe Wane l’ayant reçu n’a pas encore donné de rendez-vous au CASCEM.

Des questions encore sans réponse

Des questions d’accès à la mer et à la route de ceinture sont soulevées, mais également d’approvisionnement en eau. À Moorea, les coupures d’eau sont déjà fréquentes surtout en période de sécheresse. Le CASCEM se demande « comment approvisionner plusieurs milliers de personnes supplémentaires » sans que des solutions aient été trouvées concernant l’eau à Moorea, dans un premier lieu pour la population. L’île est déjà sujette à un accroissement démographique en haute saison. 

Autre aspect questionné par un nouveau projet immobilier : son impact sur l’environnement côtier et maritime. Au dernier conseil des ministres le gouvernement, en concertation avec la commune de Moorea-Maiao, annonçait une modification du Plan de gestion de l’espace maritime (PGEM) visant à « préserver le cadre et la diversité du lagon de Moorea, tout en permettant l’essor économique de l’île au travers notamment le développement du secteur touristique ». Le PGEM de Moorea, outil établi après une concertation de tous les acteurs concernés, notamment lors des réunions de la commission locale de l’espace maritime (Clem), a été modifié au dernier moment toujours d’après une information de Polynésie la 1ère, sans nouvelle consultation de la Clem. Si l’information se vérifie à la lecture du journal officiel dans les prochains jours voire semaines, les détracteurs du gouvernement y trouveront matière à protester encore une fois. Les dirigeants des associations de Moorea mettent en garde : si les nombreuses tentatives de dialogue restent sans réponse, ils comptent bien se faire entendre par tous les moyens envisageables.

Courrier du CASCEM au groupe Wane 

 

Article précedent

Des tonnes de carottes locales à écouler

Article suivant

300 millions du port autonome au Pays

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Les associations de Moorea encore ouvertes au dialogue avec le groupe Wane