ACTUS LOCALESECONOMIE

Les tavana de Raromata’i rassurés par l’APC

© Cédric Valax

Après la polémique contre la décision de l’autorité de la concurrence d’autoriser sous condition le rachat des Taporo par le groupe Emar, les tavana de Raromata’i ont rencontré vendredi le président de l’autorité polynésienne de la concurrence (APC) pour clarifier les positions. Les élus se disent rassurés sur la position de l’APC mais toujours en recherche de solutions pour leur desserte.

La semaine dernière, en marge du congrès des communes, les tavana de Raromata’i avaient alerté le haut-commissaire et les représentants du Pays à propos de la desserte maritime aux îles Sous-le-vent. Les tavana dénonçaient notamment les conditions drastiques imposées par l’autorité de la concurrence pour autoriser le rachat des Taporo par le groupe Emar. Conditions qui avaient fini par décourager l’acheteur en début d’année.

Vendredi, le président de l’autorité de la concurrence, Jacques Mérot, a invité les maires de Raromata’i a une réunion pour clarifier la position de l’autorité. L’occasion « d’échanger sur les modalités de desserte maritime de leurs îles », précise l’autorité dans un communiqué. « L’autorité n’est pas défavorable au projet de Fourcade (groupe Emar, NDLR) mais elle a limité à deux cargos pour les îles Sous-le-vent, un pour les Marquises et un autre pour les Tuamotu et l’investisseur n’a pas voulu suivre l’avis de l’autorité et s’est retiré du projet », résumait mardi le président du SPC, Cyril Tetuanui, se disant rassuré sur la position exacte de l’autorité.

Egalement président de la communauté de commune Hava’i, Cyril Tetuanui affirme que les tavana de Raromata’i veulent « éviter le monopole » qui découlerait du rachat des Taporo par Emar, mais qu’ils veulent surtout répondre à la demande de leurs administrés concernant le transport maritime des passagers : « Les billets d’avion aujourd’hui cela coûte tellement cher ». Toujours selon Cyril Tetuanui, le président de l’autorité de la concurrence a indiqué qu’en l’absence de concurrence sur la desserte de Maupiti, il était tout à fait envisageable de subventionner la ligne pour favoriser l’activité sur la desserte.

Article précedent

Mana wahine entre danse contemporaine et culture maori

Article suivant

Un prédateur sexuel de 73 ans sévissait à la Presqu'île

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Les tavana de Raromata’i rassurés par l’APC