ACTUS LOCALESEDUCATIONINFO PRATIQUESANTÉSOCIAL

Un espace associatif dédié aux LGBTQI+ pour plus de visibilité

Local Cousins Cousines

©LR-Radio1

Cousins cousines a inauguré ce samedi son nouvel espace associatif, situé au 13 place de la Cathédrale, au-dessus de la librairie Klima, en plein centre de Papeete. « Donner de la visibilité aux personnes LGBTQI+ permet de briser le tabou », explique le président de l’association Karel Luciani.

C’est une très grande pièce d’un seul tenant. Des flyers à l’entrée, une bibliothèque avec quelques livres contre le mur, un coin salon, un autre pour la cuisine et de larges fenêtres donnant sur la cathédrale. Situé juste au-dessus de la librairie Klima, en plein centre de Papeete, le nouvel espace associatif de Cousins cousines a été inauguré samedi. Le public était invité à visiter les locaux et à venir partager la galette des rois. Baptisé provisoirement Te Fare te Anuanua ou la Maison arc-en-ciel, ce lieu va permettre à l’association de recevoir des personnes LGBTQI+ (lesbiennes, gays, bi, trans, queer, intersexes, le + indique la non-exhaustivité, incluant toute identité de genre ou orientation marginalisée) ou encore les parents, les proches… « On va les accueillir ici et leur donner de l’information. » Grâce notamment aux livres et aux rencontres. Des ateliers ou des groupes de parole seront mis en place petit à petit pour répondre à tous ceux que le sujet intéresse ou concerne. Karel Luciani prend l’exemple de parents qui l’ont contacté récemment, souhaitant mieux comprendre leur enfant transgenre. Un premier atelier sur ce sujet pourrait être mis en place prochainement. Pour le moment le local est partagé avec une autre association et peut-être une troisième, une permanence devrait être organisée le mercredi après-midi mais l’association pourra aussi recevoir sur rendez-vous. Ce local est une étape importante pour l’association Cousins cousines, comme l’explique son président, Karel Luciani, car cela permet d’avoir de la visibilité.

En Polynésie française aussi le sujet reste tabou, surtout au sein des familles où il est encore difficile d’accepter que son enfant soit lesbienne, gay, transexuel… Pour Karel Luciani, c’est le poids de la religion qui pèse.

Les questions de genre qui font partie des sujets d’actualité et de société en métropole ne sont pas souvent abordées en Polynésie française. Karel Luciani regrette que les discussions n’aient lieu qu’au moment du vote des lois au niveau national sur le mariage pour tous ou la PMA. « Certains de nos dirigeants politiques sont allés à Paris et se sont opposés à l’application de ces lois en Polynésie française, ils disent que ça ne nous concerne pas. Vendredi, j’étais invité au mariage de deux garçons à Papeete. C’est une réalité et ce sont des sujets qui doivent être traités. C’est une question d’humanité et de droits humains. Ces sujets doivent être mis sur la table et pas seulement par une association. » Ce local a été subventionné par la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT et du ministère des Outre-mer, précise l’association.

Les bénévoles RSMA-Project Rescue Ocean Polynésie
Article précedent

4 tonnes de déchets ramassés à la Tipaerui

Nuit de la lecture-2022
Article suivant

Nuit de la lecture : des spectacles et des jeux pour donner envie de lire

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Un espace associatif dédié aux LGBTQI+ pour plus de visibilité