ACTUS LOCALESECONOMIESOCIAL

Une reprise progressive de l’activité à Tahiti et Moorea sera annoncée avant le 29 avril

LA co© MAXPPP

Jacques Raynal a expliqué ce lundi que le Pays allait aborder une « phase nouvelle » dans la réponse à l’épidémie de coronavirus. Il s’agirait d’une reprise progressive de l’activité à Tahiti et Moorea, qui pourrait permettre à davantage d’entreprises de rouvrir leurs portes. Le ministre n’a en revanche pas évoqué la levée des restrictions de circulation des particuliers ou du couvre-feu, et a laissé entendre que des mesures de protection sanitaire continueraient à être appliquées pendant plusieurs semaines.

Comme souvent lors de ses points presse réguliers, Jacques Raynal a donné, ce lundi soir, un premier aperçu des annonces préparées par les autorités pour les prochains jours. D’après le ministre de la Santé, le gouvernement estime « qu’il est possible, sur le plan social et sanitaire, d’ouvrir un petit peu la porte » des restrictions d’activités mises en place depuis exactement un mois dans tout le fenua. Alors que tous les archipels, à l’exception des Îles du Vent, ont entamé ce lundi une « phase de transition », le ministre s’est refusé à parler d’un « déconfinement ». « Les mesures de protectios de la population doivent continuer à être appliquées » a-t-il expliqué, insistant au passage sur le respect des gestes barrières. Mais une « phase nouvelle », qui sera selon le ministre annoncée dans le courant de la semaine prochaine par le président Édouard Fritch et le Haut-commissaire Dominique Sorain, pourrait être lancée à Tahiti et Moorea. L’objectif : faire redémarrer le cœur économique du fenua.

Concrètement, le Pays travaillerait sur une nouvelle liste, moins restrictive, des entreprises pouvant reprendre leur activité en accord avec la protection sanitaire des employés. Le 20 mars dernier, le Haut-commissariat avait ordonné la fermeture de tous les commerces accueillant du public à l’exception de ceux relevant des secteurs expressément cités par l’arrêté de confinement (alimentation, pharmacies, banques, assurances, mais aussi vendeurs d’équipement, d’outillage…). Le Pays avait de son côté limité le fonctionnement de l’administration à certains services essentiels.

Rassurer les chefs d’entreprises
Dans les faits, beaucoup d’autres secteurs, de l’industrie au BTP en passant par les services ou le secteur primaire ont vu leur activité s’effondrer, par manque de clients ou par impossibilité d’adaptation aux consignes sanitaires. Comme l’a relevé le CEROM dans un rapport publié ces derniers jours, c’est plus d’un tiers de l’économie qui a été stoppée net en mars et chaque mois de confinement coûterait 3 points de PIB en plus à la Polynésie (soit près de 19 milliards de francs).

Raison pour laquelle les voix se font de plus en plus vives, ces derniers jours, parmi les chefs d’entreprises, pour demander, a minima, un « allègement du confinement ». C’est dans cette optique, et celle d’être mieux consulté par le Pays, que le patronat a rencontré le vice-président Teva Rohfritsch vendredi. Trois jours plus tard, la prise de parole de Jacques Raynal avait donc peut-être pour objectif de rassurer le monde économique sur la suite des événements : la « reprise du travail sera possible dans de nombreux secteurs » – la liste n’est « pas encore définie », mais toucherait une partie du commerce – dès la semaine prochaine. Le ministre de la Santé insiste aussi sur l’intérêt « psychologique » de cet allègement pour les travailleurs : la reprise de l’activité, les déplacements et les relations sociales qui vont avec, permettrait de « détendre un peu la tension » dans certains foyers. Et d’y engendrer à nouveau des revenus.

 

Article précedent

Les résidents polynésiens bloqués en métropole seront rapatriés au cours du mois de mai

Article suivant

Répondeur de 6:30, le 21/04/2020

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Une reprise progressive de l’activité à Tahiti et Moorea sera annoncée avant le 29 avril