ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

« La TEP veut devenir un opérateur neutre »

Thierry Trouillet, directeur de la TEP. © Cédric Valax

Thierry Trouillet, directeur de la TEP. © Cédric Valax

Le directeur de la Société de transport d’énergie électrique en Polynésie (TEP), Thierry Trouillet, était l’invité du journal de Radio 1 jeudi midi. Une semaine après le coup d’envoi du chantier de la boucle Nord, le directeur de la société d’économie mixte est revenu sur la mutation de la TEP dont « le but est de devenir un opérateur neutre et indépendant ».

Le Pays a donné vendredi dernier le coup d’envoi du chantier de la boucle Nord de la TEP. Pour Thierry Trouillet, le chantier est destiné à « désenclaver la côte Est où le transport électrique était absent, pour permettre de démanteler la centrale de Vairaatoa ». Un investissement de plus de 4,2 milliards de Fcfp, financé à hauteur de 2,5 milliards de Fcfp par le Contrat de projet et pour le reste sur fonds propres par la TEP. En effet, l’une des ambitions affichées par les nouveaux dirigeants, le directeur Thierry Trouillet et le PCA Marc Chapman, en mai dernier était « d’optimiser ses ressources » notamment en cédant deux transformateurs de distribution à EDT pour 380 millions de Fcfp. Une décision « actée lors du dernier CA » la semaine dernière.

Sur le plan de la mutation opérée par la TEP, notamment avec le plan de transition énergétique présenté par le Pays, Thierry Trouillet explique que ce « plan ne fait que repositionner la TEP dans son rôle de transporteur ». Une mission détenue depuis 30 ans par la TEP sauf que « jusqu’à il y a une dizaine d’années, l’ensemble de ces missions étaient sous-traitées à EDT ». Pour le directeur de la TEP : « Aujourd’hui le but c’est de devenir un opérateur neutre et indépendant, pour permettre que les règles de placement d’énergie soient non discriminatoires. » Une mesure annoncée depuis mai 2016 pour assurer cette « indépendance » est notamment le rachat des 39% de la TEP détenu par EDT. Le groupe EDT est d’accord sur le principe de cette cession. Mais les deux parties, Pays et EDT, doivent d’abord s’entendre sur la valorisation de ces parts. Qui les rachètera et quand ? « Je vous invite à prendre contact avec les deux actionnaires », botte en touche le directeur de la TEP en précisant « qu’eux seuls sont maîtres du calendrier ».

© Cédric Valax
Article précedent

Sébastien Bouzard nouveau président de la CGPME

img_1198
Article suivant

Neuf nageurs olympiques dans le bain polynésien

1 Commentaire

  1. Teriivaea
    7 octobre 2016 à 6h41 — Répondre

    Pour assurer l’indépendance de la TEP, le rapport CRE d’octobre 2015 avait bien préconisé la sortie d’EDT de son capital mais aussi son remplacement par RTE, un actionnaire de référence qui aurait pu apporter une valeur ajoutée par sa connaissance technique du domaine. En traitant comme il l’a fait le précédent directeur de la TEP, cadre issu de RTE, le Pays ne pouvait pas mieux faire pour s’assurer que RTE n’entre pas au capital de la TEP et que cette recommandation essentielle de la CRE ne puisse pas etre suivie. Chapeau les artistes….

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

« La TEP veut devenir un opérateur neutre »