ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Lana Tetuanui insiste sur la mobilité des juges au fenua

Dans un communiqué de presse diffusé lundi matin, la sénatrice Lana Tetuanui a fait le point sur son activité parlementaire récente à Paris. L’élue annonce deux nouvelles nominations au Civen, mais revient surtout sur sa volonté de limiter les mandats des magistrats en Polynésie française.

La sénatrice polynésienne, Lana Tetuanui, a fait le point lundi sur son activité parlementaire à Paris. Elle évoque notamment son intervention en séance lors de l’examen des deux propositions de loi pour le redressement de la justice. Lana Tetuanui a rappelé qu’elle s’était déjà ouverte en mars dernier en commission des lois sur les « risques de l’inamovibilité des juges exerçant dans de très petites collectivités comme la Polynésie française, où tout le monde se connaît et se côtoie ». Lana Tetuanui, condamnée en 2011 et dont le mari vient de former deux pourvois en cassation contre ses deux dernières condamnations par la cour d’appel de Papeete, confirme que la proposition de loi propose une « gestion plus fluide du corps de la magistrature avec la mise en place d’une durée minimale de trois ou quatre ans selon les fonctions spécialisées des magistrats et d’une durée maximale de dix ans d’affectation dans une même juridiction permettant ainsi de limiter le turn-over excessif et les durées trop longues passées dans les mêmes fonctions ».

Sur le dossier du nucléaire, l’élue a rencontré le président du Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen), Alain Christnacht, qui lui a annoncé deux nouvelles nominations au sein du comité qui fonctionne toujours en effectif très réduit. Une rencontre entre Alain Christnacht et Edouard Fritch est d’ailleurs prévue lors du prochain passage à Paris du président du Pays.

La sénatrice évoque également une rencontre avec le président de la Fédération des entreprises de l’Outre-mer (Fedom), Pierre Philibert, qui lui a fait part de son souhait d’étendre la défiscalisation locale, notamment aux bateau de croisière de moins de 400 passagers.

Article précedent

Le bureau du Ia Mana te Nuna’a rajeuni et féminisé

Article suivant

Equivalent Fonds vert : Fritch « rassuré » par Macron

4 Commentaires

  1. vetea
    6 novembre 2017 à 20h29 — Répondre

    se servir de son mandat de sénatrice pour défendre ses intérêts personnels et de son mari, c’est un conflit d’intérêt… c’est une honte. Tapura, tahoraa m^me combat de pourris. Shame on you.

  2. Teina
    7 novembre 2017 à 1h19 — Répondre

    Quand va t elle proposer une loi pour limiter sa présence sur l’échiquier politique locale et nationale?

  3. Warning sign
    7 novembre 2017 à 7h57 — Répondre

    Pour deux élus poursuivis et identifiés par la population comme des délinquants récidivistes, il se trouve que les époux Tetuanui sont plutôt choyés par la justice française qui les laissent vaquer à leurs sinistres desseins, financés par les fonds publics ainsi que leur fille depuis des lustres, sans jamais rembourser les sommes détournées.les petits revendeurs de paka qui pourrissent en prison qui ont déalé pour survivre doivent trouver cela injuste et ils ne sont pas seuls. La radicalisation s’explique aussi par cette vision d’un immunité de fait avec en plus la vulgarité indécente de cette dodue qui se plaint en plus de ne pas être assez impunie …En Corse, ils font parler la poudre pour moins que ça. et encore récemment. Quand ça va péter, faudra pas s’étonner.

  4. Emile
    7 novembre 2017 à 9h26 — Répondre

    que ces commentaires sont justes et appropriés. La génération Flosse n’est pas prête à s’éteindre.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Lana Tetuanui insiste sur la mobilité des juges au fenua