ACTUS LOCALESEDUCATIONEMPLOISANTÉSOCIAL

Quinze travailleurs de l’action sociale de Polynésie formés aux fonctions d’encadrement

Les quinze élèves de la formations Caferuis. ©MB/Radio1

Ce mardi marquait l’ouverture de la formation au Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (Caferuis) en Polynésie. Elle est proposée par Ocellia, une école métropolitaine des métiers médico-sociaux, en partenariat avec l’Université de la Polynésie française suite à un appel d’offre de la Direction de la solidarité, de la Famille et de l’égalité. C’était une formation très attendue par les quinze professionnels qui vont ainsi pouvoir progresser dans leurs missions respectives. 

Ils sont responsables au sein de la DSFE, au SOS Village d’enfants de Papara, ou encore au centre Pu o Te Hau. Quinze professionnels de l’action sociale en Polynésie ont été sélectionnés pour bénéficier de la formation au Certificat d’aptitude aux formations d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (Caferuis). « La formation de cadres devenait essentielle » en Polynésie, indique Valérie Hong Kiou, directrice de la DSFE, « pour faire évoluer la pratique professionnelle et pour qu’ils aient envie d’aller plus loin dans leurs carrières ». Ce mardi, formateurs, étudiants et partenaires étaient réunis pour la cérémonie d’ouverture de la formation dans une ambiance enthousiaste : espoir, impatience, reconnaissance sont les mots qui animaient les discours de chacun.

C’est l’école Océllia par son campus de Lyon qui dispensera la formation avec la collaboration du service de formation continue de l’UPF. Elle a été mise en place suite à l’ouverture d’un marché public par la DSFE qui a effectué un diagnostic sur plus d’un an, bien que le domaine de l’action sociale ait « toujours été en carence de ressources humaines », explique la directrice de la DSFE. La mise en place de la formation n’a pas été simple puisqu’elle s’adresse à des professionnels au planning déjà chargé. Mais une telle formation est aussi une opportunité, puisqu’ils échangeront sur leurs expériences respectives en milieu professionnel pendant la formation.

Une formation entre Tahiti et la métropole, entre théorie et pratique

Une formation Caferuis avait été mise en place par la Croix-Rouge auparavant, dont un des bénéficiaires était présent pour témoigner d’un investissement « qui en vaut le coup ». Ici c’est une formation continue de deux ans qui s’organise entre le fenua et la métropole. Avec deux jours de cours par mois, ces cadres vont faire « un rebond entre théorie et pratique » puis ils effectueront un stage en métropole entre février et avril 2022. Pour ce qui est du contenu de la formation les professionnels découvriront ou approfondiront leur expérience de « management d’équipe, la gestion de projet », et seront capables de « conduire un projet à l’échelle d’un service », comme l’explique Rémi Breton, responsable du Caferuis pour l’école Ocellia à Lyon. Ils aborderont également « la gestion administrative et financière », avec des notions spécifiques de « droit du travail et de gestion de budget appliquées au domaine social » et surtout « une expertise technique, une connaissance de la politique sociale à l’oeuvre en Polynésie française ». À la fin de la formation, ils sont voués à être titulaires d’un diplôme d’État de qualification professionnelle de niveau Bac+4.

Article précedent

Tendance Habitat 26/10/21

Article suivant

Recette du jour : Ribs au four

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Quinze travailleurs de l’action sociale de Polynésie formés aux fonctions d’encadrement