ACTUS LOCALESECONOMIE

Rapa apprend à s’endetter

© Elodie Largenton

La commune la plus isolée du fenua, Rapa, emprunte 20 millions de Fcfp auprès de l’AFD pour rénover sa mairie. Le taux très bas proposé par l’Agence – 0,09% – a convaincu le maire, Tuanainai Narii, qu’emprunter peut être une solution plus intéressante qu’aller à la chasse aux subventions.

Après des heures de bateau, le maire de la commune de Rapa, Tuanainai Narii, est arrivé à Papeete, où il a signé ce lundi une convention de crédit liant sa commune à l’Agence française de développement (AFD). Rapa emprunte 20 millions de Fcfp sur 15 ans pour rénover la mairie et clôturer le hangar municipal. Du fait de l’éloignement de la plus petite commune des Australes, peu d’entreprises se montrent intéressées pour effectuer ces travaux. Ils seront donc réalisés en régie. « On a de bons cadres, et on va embaucher des jeunes, en faisant des roulements », explique le tavana.

Ces travaux devraient durer au maximum trois mois et être réalisés dès cette année. Ils sont financés entièrement par le prêt. Rapa peut se le permettre : « À ce jour, nous n’avons pas d’emprunt, et c’est le cas depuis plusieurs années », souligne Tuanainai Narii. C’est le cas de plusieurs communes polynésiennes, qui « ont une marge de manœuvre et pourraient s’endetter davantage pour financer des investissements qui servent aux administrés et plus rapidement qu’en cherchant des subventions », fait remarquer Vincent Joguet, responsable du pôle secteur public de l’AFD. Pour les rassurer sur l’endettement, l’Agence a un argument de taille : l’emprunt ne leur coûte pratiquement rien aujourd’hui. Rapa a ainsi obtenu un taux de 0,09%. Comment expliquer que ce chiffre soit aussi bas ? Il y a trois facteurs, répondent Vincent Joguet et Hugo Lecué, analyste financier à l’AFD.

La commune de Rapa envisage déjà de faire de nouveaux emprunts. Le maire a de nombreux projets en tête : la construction d’une salle omnisports et la réalisation de la dernière tranche du schéma directeur d’adduction d’eau potable, notamment. En revanche, le projet de centrale hybride est à l’arrêt, la commune n’ayant pas réussi à obtenir les subventions qu’elle souhaitait, l’an dernier. Dans ce domaine, le maire explique avoir choisi une autre tactique.

Tuanainai Narii va profiter de sa présence à Tahiti pour rencontrer le haut-commissaire, le président du Pays et les ministres concernés pas les projets qu’ils souhaitent mettre en œuvre à Rapa. Même si la commune emprunte, elle compte donc toujours sur les aides publiques pour faire avancer ses projets.

Article précedent

Un panneau « Pakaland » à la Punaruu

Article suivant

Prendriez-vous un avion sans pilote ? - Edito 21/08/2017

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Rapa apprend à s’endetter