ACTUS LOCALESECONOMIEEDUCATIONNUMERIQUE

Une nouvelle formation « développeur web » à la CCISM

À l’occasion du Digital Festival Tahiti, la CCISM signe deux nouveaux partenariats. L’un pour offrir une formation de développeur web avec le réseau Simplon, l’autre pour soutenir l’insertion des jeunes  de Poly3D avec le studio Highlab.

Devenir « développeur.se web » grâce à une formation gratuite  de 7 mois et un stage sera bientôt possible à Tahiti, sans quitter le fenua mais en bénéficiant de l’expertise et de l’expérience de Simplon.co, avec qui la CCISM a signé ce vendredi un partenariat.

Simplon.co est une entreprise sociale et solidaire créée en 2013, dont la mission est de former au numérique, y compris des publics qui sont parfois exclus de la révolution digitale. Elle fait partie de la « Grande école du numérique, » un groupement d’intérêt public créé en 2015, qui rassemble aujourd’hui plus de 750 formations. Simplon.co a déjà formé plus de 5 600 personnes aux métiers du numérique, et accompagnera une première promotion de 16 Polynésiens.

#ParisTahiti0km, le mot d’ordre pour offrir des débouchés aux élèves de Poly3D

L’école Poly3D avait rencontré le studio Highlab lors du Digital Festival  2018. Highlab est tout à la fois un studio de production digitale, une entreprise de conseil en marketing technologique et un incubateur de startups. Cette année, il signent avec l’école Poly3D  un partenariat qui vise à accompagner les stagiaires en fin de cursus qui souhaitent partir en Métropole en les connectant au réseau de clients, prospects, partenaires et mêmes concurrents de Highlab susceptibles de les accueillir en stage. Autre volet de ce partenariat, apporter des contrats en sous-traitance (graphisme, développement, etc..) aux jeunes diplômés qui souhaitent rester en Polynésie et se lancer dans l’aventure entrepreneuriale afin de faire des 12 heures de décalage horaire un avantage pour toutes les parties prenantes.

 

 

Article précedent

Carmen revisitée à l’affiche du Grand théâtre demain

Article suivant

Bingo interdit par l’État ? « On ne va pas se laisser faire », dit Teva Rohfritsch  

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Une nouvelle formation « développeur web » à la CCISM