ACTUS LOCALESECONOMIESOCIÉTÉSPORTS

Waaaaves TV, une webtélé dédiée au surf polynésien


Lancée la semaine passée par les créateurs de l’émission éponyme, Waaaaves TV est la première webtélé payante polynésienne. En proposant plusieurs centaines d’heures de vidéos, films et entretiens dédiés à la culture surf tahitienne, la plateforme, parrainée par la présentatrice Tiga, espère toucher bien au-delà du fenua. En ligne de mire : les JO de 2024 à Teahupo’o.

Fin août, toute la planète surf résonnait des rugissements de Teahupo’o et des vagues « XXL » domptées, ou presque, par Matahi Drollet, Kauli Vaast, Justine Dupont et bien d’autres. Waaaaves TV n’aurait pas pu rêver mieux pour prendre son take off. L’émission consacrée à à la glisse polynésienne « et son way of life » s’est muée la semaine dernière en une plateforme de streaming aujourd’hui pleinement accessible. Pas question d’arrêter là l’aventure télé : le magazine continuera d’être diffusé toutes les semaines sur TNTV, comme c’est le cas depuis mars 2016. Mais désormais, les épisodes, nouveaux ou passés, seront aussi accessibles, avec des centaines d’heures de contenu sur une « webtélé » à accès payant. Une première en Polynésie et un véritable pari pour KMH, société locale de production dont la quinzaine de collaborateurs créent des contenus vidéos, films et documentaires pour le net et le petit écran. Il faut dire que l’expansion rapide de l’offre mondiale en OTT – « over the top », des plateformes de streaming qui se multiplient en dehors des gros acteurs comme Netflix – a de quoi inspirer. « Il semblerait qu’il y ait un public qui soit intéressé par du contenu de niche », pointe le fondateur et dirigeant de KMH, Karim Mahdjouba, qui prépare le projet depuis plus d’un an :

Ce public, Waaaaves TV peut d’abord espérer le trouver au fenua, où les passionnés de surf pourraient être attirés par les archives de l’émission. Tous les épisodes de ces trois dernières années ont été mis en ligne « pour commencer ». Mais entre les thématiques « pro », « vahine », « shapers », ou « surf trip » on trouve aussi du contenu original ou jamais diffusé à Tahiti. Des courts et des longs-métrages résumant les grandes sessions d’une année ou faisant le point sur un aspect de la technique ou de la culture surf locale. Et KMH a des réserves : pour réaliser ses plus de 250 épisodes de Waaaaves , ce sont « des centaines et des centaines d’heures » de sessions, de compétitions, d’interviews ou de reportage dans le milieu du surf qui ont été tournées et qui ne demandent qu’à être valorisées. Aussi la plateforme veut avant tout atteindre le public extérieur, et métropolitain en particulier. « On veut mettre en avant cette culture surf de Polynésie et faire la promotion des surfers, surfeuses locaux qui ont un niveau exceptionnel », reprend Karim Mahdjouba, amoureux de la glisse depuis plus de 20 ans et installé au fenua en 2012. Le projet est à la fois « éditorial et entrepreneurial ». Dans sa ligne de mire : l’épreuve des Jeux olympiques de 2024 qui aura lieu à Teahupo’o. « Après 6 saisons de Waaaaves, on doit être en première ligne pour en parler » insiste le journaliste et producteur.

Pour Waaaaves TV, les abonnements arrivent pour l’instant au compte-goutte, mais l’aventure ne fait que commencer. KMH assure vouloir actualiser le contenu deux fois par semaine, avec deux à trois heures de contenu nouveau tous les mois. Interview « exclusives », vidéos « zen » avec vues de drones soignées, reportages sur le tourisme ou la culture au fenua… Des nouvelles rubriques sont déjà en ligne ou en préparation. Et la plateforme peut profiter d’une marraine de choix en la personne de Tiga. La mannequin, actrice et présentatrice, qu’on a déjà vu animer le Téléthon, ou l’émission Echappées belles est désormais installée au fenua, et aurait beaucoup de projets polynésiens.

 

 

Article précedent

Recette du jour : Gnocchis de patate douce aux épices

Article suivant

La minute de l'entrepreneur 01/09/21

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Waaaaves TV, une webtélé dédiée au surf polynésien